Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Salon du Dessin 2014, Palais Brongniart, Paris, du 26 au 31 mars 2014

XVe édition de la Semaine du dessin


Charles Le Brun (1619-1690) Étude d’homme portant une figure Sanguine avec des rehauts de craie blanche, 286 x 218 mm.
Charles Le Brun (1619-1690) Étude d’homme portant une figure Sanguine avec des rehauts de craie blanche, 286 x 218 mm.
Le Salon du dessin fête ses vingt-trois ans
La création du Salon du dessin, à l’initiative de neuf marchands, remonte à 1991. Pour garantir à leur projet une longue existence, les organisateurs ont mis au point un savant mélange de valeurs sûres et de nouveautés. Les grands événements annexes au Salon (Semaine du dessin et Rencontres internationales, musée invité, Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain) se répètent chaque année mais s’articulent autour de thématiques, régions et artistes différents. Pour ses trente-neuf exposants comme pour la vingtaine de musées qui participent à la Semaine du dessin et leurs visiteurs, le Salon du dessin est donc le rendez-vous de toutes les – bonnes – surprises.

Les nouveaux participants en 2014
Parmi les nouveaux venus, on compte les Parisiens Nathalie Motte-Masselink et Mathieu Néouze ainsi que le New-Yorkais David Tunick. Nathalie Motte- Masselink a ouvert sa galerie en 2010, après avoir travaillé cinq ans en appartement. Elle s’intéresse aussi bien aux grands noms de l’art qu’à des artistes plus confidentiels, tant dans l’ancien que dans le contemporain. Elle apportera entre autres au Salon une sanguine toute en volupté de Le Brun, Femme en vol avec les bras levés. Mathieu Néouze, établi depuis 2004 dans le quartier Drouot, s’adresse à des collectionneurs avertis et à un public avide de surprises. Il cultive un goût immodéré pour le courant symboliste de la fin du XIXe siècle et pour le Réalisme des années vingt, trente et quarante, dont il propose un large panorama à travers le dessin. Il étonnera les visiteurs du Salon du dessin avec une feuille de Gustave Miklos, Le Chien (vers 1925). David Tunick, Inc. est spécialisé dans les oeuvres sur papier : maîtres anciens et modernes n’ont pas de secret pour cette galerie fondée en 1966. Pour ne pas passer inaperçu lors de sa première participation au Salon du dessin, il va miser sur une sanguine de Nicolas de Plattemontagne dont le travail du trait laisse entrevoir le mouvement de la femme drapée que l’artiste représente. Enfin, 2014 signera le retour au Salon du dessin de Vincent Lécuyer, qui nous plongera dans les Années folles avec une illustration de Jean Pagès pour Vogue : Lorraine Dietrich B3/6 (1927). Le Salon du dessin donne à voir les oeuvres du passé, mais il exhorte aussi le public à regarder vers l’avenir.

Le Salon du dessin encourage la création via la remise du Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain Depuis 2010, les grands collectionneurs Daniel et Florence Guerlain soutiennent la création contemporaine : le Prix de dessin contemporain de la Fondation Daniel et Florence Guerlain est remis au Salon du dessin, où les trois artistes en lice sont d’ailleurs exposés. Une façon pour les mécènes de faire découvrir leurs coups de coeur au grand public. Le prix sera remis au lauréat le jeudi 27 mars 2014.

Joan Miró (1893-1983) Untitled, 1926 Mine de plomb, crayon et pastel sur papier, 460 x 620 mm. Signé et daté en bas à droite : Miro 5.26.
Joan Miró (1893-1983) Untitled, 1926 Mine de plomb, crayon et pastel sur papier, 460 x 620 mm. Signé et daté en bas à droite : Miro 5.26.

Le Salon du dessin, point de convergence du marché et des musées

La Semaine du dessin
Clin d’oeil au 23e anniversaire du Salon : 23 musées participeront à la XVe Semaine du dessin du 24 au 31mars en proposant des visites privées accessibles uniquement sur inscription. C’est le thème des Rencontres internationales qui fédère les musées participant à cette Semaine du dessin : en 2014, place au « dessin d’architecture dans tous ses états»!
Ainsi le musée du Louvre proposera deux expositions dévoilant les dessins préparatoires à la réalisation de plafonds italiens et français. Le musée Rodin, la Maison de Victor Hugo et la Collection Émile Hermès étudieront l’intérêt pour le dessin d’architecture, manifesté par les trois illustres artistes qu’ils célèbrent. Dans le registre moderne, le cabinet d’Art graphique du Centre Pompidou présentera une sélection de dessins de Théo van Doesburg pour la décoration à la fin des années 1920 de l’espace de loisirs l’Aubette, à Strasbourg. Point d’orgue à cette Semaine du dessin, l’invité privilégié du Salon du dessin 2014, le musée des Beaux-Arts de Nancy, proposera dans l’enceinte du Palais Brongniart une sélection de dessins d’architecture parmi le fonds réputé dont dispose son cabinet d’Arts graphiques. Le programme complet de la Semaine du dessin et un focus sur le musée des Beaux-Arts de Nancy sont disponibles dans ce dossier de presse.

Les Rencontres internationales
Le Salon du dessin héberge un colloque sur deux jours, pendant lequel des spécialistes de renommée internationale échangent sur un thème précis. En 2014, les intervenants auront à coeur de faire état de leurs recherches à propos du dessin comme instrument et témoin de l’invention architecturale. En effet, le dessin d’architecture peut être un outil de la création : de l’esquisse au dessin de présentation ; des « trois premières minutes » de l’invention au dessin d’exécution, en passant par le jeu des variantes et des repentirs. Parce qu’il est par ailleurs le symptôme d’un processus de pensée, il peut aussi témoigner d’une attribution, comme la trace d’un travail collectif, lequel intervient souvent dans la mise au point des projets, parfois au coeur même de la création. Le programme complet des Rencontres internationales est disponible dans ce dossier de presse.

Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) Arbres au bord de l’eau et voilier (recto) Étude d’une barque dans un étang (verso) Aquarelle sur papier, 170 x 230 mm. Cachet de la signature en bas à droite. Exécuté vers 1895.
Pierre-Auguste Renoir (1841-1919) Arbres au bord de l’eau et voilier (recto) Étude d’une barque dans un étang (verso) Aquarelle sur papier, 170 x 230 mm. Cachet de la signature en bas à droite. Exécuté vers 1895.

Une sélection exceptionnelle de feuilles anciennes, modernes et contemporaines

Les maîtres anciens
Parmi eux, on remarquera Charles-Antoine Coypel chez Éric Coatalem, avec une expressive Étude d’Achille poursuivant les Troyens dans les eaux du Scamandre (vers 1737). On retrouvera Charles Le Brun sur le stand de la Galerie de Bayser, qui proposera une Étude d’homme portant une figure. Nul doute que l’oeil s’attardera sur un superbe dessin de Fra Bartolomeo et s’étonnera du réalisme presque photographique de la Tête de moine portant capuchon, vue de trois-quarts (Jean-Luc Baroni). Dans la famille Fragonard, demandez le père, Jean- Honoré, et le fils, Alexandre-Évariste, chez Didier Aaron & Cie.

Les modernes
Nicolas de Staël sera particulièrement mis à l’honneur par la galerie Applicat-Prazan. Cette dernière lui consacrera l’exposition monographique qu’elle organise chaque année à l’occasion du Salon du dessin. La Galerie AB proposera une oeuvre tardive de cet artiste, marquant l’évolution de son travail vers la fusion entre figuration et abstraction. Les Impressionnistes seront dignement représentés par Pierre-Auguste Renoir chez Pandora Old Masters Inc. La Galerie Jacques de La Béraudière donnera à voir un Joan Miró au faîte de sa période surréaliste – Sans titre, 1926 – tandis que la galerie De Osma le montrera en plein affranchissement de ce mouvement avec Signes et figurations (1935). Stephen Ongpin Fine Art apportera au Salon une impressionnante étude pour peinture murale de Jean Dupas. Enfin, la galerie Talabardon & Gautier illustrera l’audace de ses choix par une inclassable gouache de Charles Filiger (1862-1928).

Les contemporains
On remarquera entre autres une intrigante feuille de Matthias Weischer à la Galerie Karsten Greve, ainsi que le trait épuré mais non moins expressif d’Andy Warhol à la Galerie des Modernes : Miguel Bose (1983). Le dessin est le medium privilégié pour toucher du doigt tout le génie des grands noms de la peinture et de la sculpture et pour entrer ainsi dans leur processus créatif. En 2014, le Salon du dessin prouvera une fois de plus à ses visiteurs que les maîtres anciens, modernes et contemporains ont déployé autant de talent dans le dessin que dans les disciplines où ils étaient le plus attendus.

Informations pratiques

Palais Brongniart
Place de la Bourse
75002 Paris
Du mercredi 26 au lundi 31 mars (Vernissage public le mardi 25 mars de 16h à 22h)
De 12h à 20h30
Nocturne le jeudi 27 mars jusqu’à 22h
Fermeture le lundi 31 mars à 20h

Colloque le mercredi 26 mars de 15h à 18h et le jeudi 27 mars de 14h30 à 17h30 au Salon du dessin (petit auditorium)
Entrée libre pour les visiteurs du Salon dans la limite des places disponibles

Entrée 15 €, catalogue compris


Afficher Palais Brongniart sur une carte plus grande


Pierre Aimar
Vendredi 20 Décembre 2013
Lu 869 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter