Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Rites gaulois et romains entre Rhône et Alpes. Ces dieux qui intriguent. Exposition temporaire - musée archéologique Théo Desplans, Vaison la Romaine du 4 mai au 30 septembre 2016

Cette exposition, organisée dans l'ancienne capitale sud de la grande confédération voconce, permet de faire le point sur les dernières découvertes archéologiques et de réinterpréter des édifices mis au jour au début du XXe siècle à Vaison-la-Romaine et dans les sites régionaux étudiés.


Rites gaulois et romains entre Rhône et Alpes. Ces dieux qui intriguent. Exposition temporaire - musée archéologique Théo Desplans, Vaison la Romaine du 4 mai au 30 septembre 2016
Elle est principalement installée dans les secteurs religion et funéraire pour s'insérer au mieux dans le parcours muséographique en enrichissant les informations proposées aux nombreux visiteurs du musées (77 700 en 2015).

Les Voconces ont laissé des vestiges qui sont pour l'essentiel de l'époque où ils étaient déjà romanisés. Dans les divinités honorées alors se retrouvent toutefois des dieux de la période protohistorique et certains d'entre eux sont romanisés. Ils côtoient des divinités grecques et orientales.

Ces dieux sont représentés ou mentionnés par une inscription sur des autels; ils sont figurés en petites statuettes; ils font l'objet d'offrandes lors de cérémonies collectives de culte, ou de dévotions privées au cours de la journée et encore aux différents stades de la vie et tout particulièrement lors du passage dans l'au-delà. Des objets et des offrandes accompagnaient les défunts et des acrotères représentant des masques de théâtre ornaient les tombeaux des plus aisés tels que ceux d'Orange et de Vaison présentés ici.

Cette exposition permet en effet de compléter le mobilier archéologique local grâce aux prêts de musées et de collections privés qui mettent aussi l'accent sur les échanges avec les dieux à travers des témoins matériels très modestes de la piété des populations: rondelles de métal, lampes miniatures, anneaux, pièces de monnaie percées, outils agraires miniaturisés.

Les divinités les plus connues sont présentes : Jupiter, le chef du panthéon romain, Mars, qui n'est plus un dieu guerrier, mais un dieu protecteur, la Lune, Mercure (entre autre divinité des gains et des profits), les déesses Mères. Apollon dieu solaire médecin, peu honoré par des dédicaces, mais qui est plus fréquemment figurées (belle tête en marbre conservée au musée).

D'autres dieux, comme les Génies ou les Proxumes (les «très proches»), une triade, sont peut-être plus« romains».

Les divinités désignées par un nom indigène avaient sans doute en partie conservé leur nature et leurs attributions originelles, même s'il n'est guère possible de les connaître véritablement: Baginus et les Baginatiae, Belado, Boutrix, Subronis Sumelis, Vasio, Vintur, au nom purement gaulois; Albarinus, Alaunius, Dulovius/Dullovius, au nom latinisé; Belesama, Graselos, au nom grécisé écrit en gaulois, avec des caractères grecs.

Si Vasio est la divinité éponyme de la ville de Vaison et de la partie méridionale du territoire voconce qui protégeait la communauté civique, si Graselos était le dieu de la source du Groseau, à Malaucène, Baginus et les Baginatiae, des divinités des hêtres et Vintur celle du Ventoux, les attributions d'autres dieux (Alaunius, Belado, Boutrix ... ) sont plus incertaines.

Pratique



Pierre Aimar
Vendredi 29 Avril 2016
Lu 179 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter