Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Reyboz, exposition au Musée Peynet et du Dessin humoristique, Antibes, du 24 novembre 2012 au 3 février 2013

En premier lieu un vertige… Un carton… Une boîte de Pandore… On tourne distraitement une, puis deux, puis trois pages de dessins, le rythme s’accélère fébrilement devant la qualité et la quantité de trésors d’humour épars devant soi.


© Bernard Reyboz
© Bernard Reyboz
Ce ne sont pas quelques divertissements d’artistes mais une œuvre complète, répertoriée, classifiée, ordonnée et qui n’attendait sans doute qu’un désir, qu’une rencontre pour vivre aux yeux du public, loin du caractère brouillon et – parfois – volontairement désordonné de certaines compilations de dessinateurs pourtant aguerris et reconnus.
Par la volonté conjointe de ses quatre enfants (Cécilia, Marina, Nicolas et Olivier), force est de constater que l’exposition présentée au musée Peynet et du Dessin humoristique du 24 novembre 2012 au 3 février 2013 est un événement exceptionnel, au sens premier du terme.

Aucune exposition, aucun ouvrage édité, à l’exception de tirages volontairement réduits en nombre, aucune médiatisation. Tant de talent méconnu, et cela même, pour certains thèmes abordés, auprès de ses propres enfants.
De titres il n’y a point, pas plus que de dates. Il n’y a que le cheminement quotidien d’un esprit gorgé d’humour voyageant dans les sinuosités d’univers parallèles. Ce sont des carnets de voyage, hors du temps et de l’espace que l’artiste a patiemment concoctés, petit à petit.
Et puisque le plasticien perce sous le dessinateur, la 3D vient alors au secours du carcan de papier afin que l’étrange s’échappe et prenne vie, et les sculptures qui mêlent humour et extrême poésie complètent l’univers de Bernard Reyboz, disparu le 4 janvier 2012.

La rencontre avec ses enfants a permis de comprendre la volonté d’un homme qui a scindé sa vie d’artiste entre le sérieux de son art et, comme le dit si joliment la fille de Cécilia, « les bêtises de papy ».
Le cocon familial et amical tissé par Reyboz fut le seul lieu autorisé pour la diffusion de cette kyrielle de croquis et dessins aux univers poétiques, tendres et parfois plus sombres.

Dès sa prime jeunesse, Bernard Reyboz a su disposer de la technique des meilleurs. L’âge aidant, au gré de l’érosion de l’âme, la sensibilité a trouvé sa place dans le trait de cet artiste volontairement intimiste, rendant plus fort, plus ambigu parfois aussi son dessin.
Cependant, si ces « croquades » – comme on disait au temps de Daumier – de la vie quotidienne ont parfois le goût doux-amer des oœuvres des Chaval, Bosc ou Serre, il faut conserver avant toute autre chose l’image d’un homme qui aimait, comme le disent si bien ses enfants, faire « marrer » ses amis. Tel était le but ultime.

Pratique

Musée Peynet et du Dessin humoristique
Place nationale, 06600 Antibes
t. +33 (0)4 92 90 54 29 / 30
www.antibes-juanlespins.com
Horaires d’ouverture au public
Ouvert tous les jours sauf le lundi
10 h – 12 h et 14 h – 18 h
Plein tarif : 3,00 €
Demi-tarif : 1,50 €
Gratuit pour les moins de 18 ans et besoins spécifiques.
Billet combiné : 10,00 € validité 7 jours consécutifs dans les musées municipaux.


Pierre Aimar
Vendredi 2 Novembre 2012
Lu 767 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter