Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Requiem, de Hanokh Levin, création de la Comédie de Béthune du 14 au 20 janvier 2015

Requiem est la dernière pièce d’Hanokh Levin, auteur israélien qui retrouve ici ses origines slaves en s’inspirant de trois nouvelles de Tchekhov.


Vanité, Philippe de Champaigne, 1644
Vanité, Philippe de Champaigne, 1644
Un fabricant de cercueils accompagne sa femme mourante chez l’infirmier. Le protagoniste entreprend alors un voyage initiatique peu de temps avant sa propre mort.
Les êtres qu’il croise dans ce dernier voyage vont éclairer peu à peu son chemin.
Requiem est un carnaval où se retrouvent joyeusement les vivants et les morts.
Levin est de ces auteurs qui donnent confiance parce que leur vision du monde est à la fois claire et complexe. Dans toute sa lisibilité il recèle en fait une myriade d’interprétations possibles.

Le propos de Cécile Backès

Requiem est la dernière oeuvre d’un homme, la dernière pièce de Levin, auteur israélien qui retrouve ici ses origines slaves en s’inspirant de nouvelles de Tchekhov. Requiem poursuit une quête, celle d’un grand poète : parvenir à raconter le passage de vie à trépas. Comment écrire la fin de la vie ?

Dans Requiem, Levin met en scène un fabricant de cercueils qui perd sa femme, compagne de toute une vie. Le voici face à l’absence, face aux souvenirs du passé, et une question l’assaille : pourquoi ai-je mené cette vie-là et pas une autre ? Le voici qui s’achemine, lui aussi, vers la fin de son existence. Ceux qu’il croise dans ce dernier voyage vont éclairer peu à peu le chemin de cet étrange voyage initiatique. Personnage drôlement bouleversant que celui de ce petit homme qui va à la rencontre de sa conscience.

C’est ici que le poète se lance un défi, en osant écrire une pièce « à la croisée des chemins », à la fois fiction et propos philosophique. La pensée se fait libre, traversant le récit de scènes farcesques ou dramatiques, mêlant les genres pour composer un texte aux résonances mystiques : on y voit la rencontre d’un homme et d’un arbre, on y côtoie un cocher qui parle à son cheval, une jeune femme qui refuse de pleurer quand l’humanité entière attend ses larmes, il y a aussi une chèvre, un bébé, et trois anges qui recueillent les âmes des mourants avec des chatouilles et de drôles de petits poèmes.
J’imagine de mettre en scène ce requiem dans l’esprit d’un théâtre de fortune, où les images se composent à vue du spectateur. De faire de ce récit des derniers instants une fête rituelle, illuminée par la musique d’un carnaval qui unit la terre au ciel et fait danser les êtres vivants. Où nous, frères humains, serons dépeints avec tendresse et cruauté ; où l’être sauvage se cachera derrière un masque tantôt hilarant, tantôt inquiétant ; où le souffle de l’animal viendra calmer les coeurs battants, et où l’on apaisera la tristesse à la lumière des étoiles.
Cécile Backès

Pratique

Création de la Comédie de Béthune
du 14 au 20 janvier 2015 à 20h
relâche le dimanche 18 janvier

Requiem de Hanokh Levin
Traduction Laurence Sendrowicz (éd. Théâtrales)
Mise en scène Cécile Backès assistanat à la mise en scène Marie Normand, Pauline Jambet
avec Philippe Fretun, Félicien Juttner, Maxime Le Gall,
création à partir de 15 ans | durée : 1h30

Tournée :
la manufacture – cdn nancy-lorraine > 3 au 6 fév
théâtre olympia – cdr de tours > 11 au 14 fév
théâtre de sartrouville et des yvelines cdn > 12 au 14 mars
la comédie de l’est - cdn de colmar > 18 au 20 mars
théâtre des célestins – lyon > 5 au 9 mai à 20h


Pierre Aimar
Jeudi 18 Décembre 2014
Lu 248 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter