Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Pour mieux comprendre le Facteur Cheval, l’Espace Muséographique du Palais Idéal à Hauterives, Drôme. Par Jacqueline Aimar

Ce jour-là il faisait un froid de Mistral et nous cherchions un abri d’avant spectacle. On nous a indiqué, discret, en arrière-plan le nouvel Espace Muséographique consacré au Facteur Cheval et inauguré en 2014.


L'espace muséographique apporte de nombreuses informations sur Cheval et son époque © Pierre Aimar
L'espace muséographique apporte de nombreuses informations sur Cheval et son époque © Pierre Aimar
Il l’a bien mérité cet espace dédié, le petit Facteur des campagnes tour à tour brûlantes et ventées, lui qui couvrait, chaque jour que Dieu fait, un marathon (43 km !), pas moins, pour porter ou recueillir des lettres. Avec des godillots, des gros souliers eu matière épaisse, de ces chaussures de paysans qui nous mettraient les talons en sang et les pieds en bouillie.

Bah, me répondra-t-on, ils étaient rudes et habitués ! sans doute, mais on peut aussi penser que le métier était dur et les routes et chemins tordus et bossués, boueux ou poussiéreux ; et toute la vie rude. Et une récente famine dans les années 1900 (la Belle Epoque ?) laissait des traces et la misère. Et ce petit facteur - pourquoi le voit-on petit, lui avait des rêves plein la tête et des projets plein les mains - des mains qui recueillaient des cailloux certains très beaux, d’autres encombrants et pesants et d’autres évocateurs par leur forme. Et des muscles car tout cela pesait, pesait…

Dans cet espace muséographique qui lui est consacré, de nombreuses photos permettent de visualiser son temps, sa vie, ses marches et les gens autour de lui, son époque. Un vrai récit par l’image plus vivant mais immobile de cette histoire que la personnage constitue à lui tout seul ; un personnage extraordinaire pour une réalisation hors du commun.

Dans l’autre partie de la salle, ceux qui l’admirent et ils sont ou ont été nombreux, avec des œuvres « hommage au facteur ». Hrevé di Rosa, Ben, Charlélie Couture, Bernard Pras et Titouan Lamazou qui a trouvé lui aussi, sur la mer et au désert, des rêves semblables à ceux du Facteur. Des textes, aussi, émouvants et personnels, Arthur H, André Malraux grâce à qui a été classé le monument, Laurence Durrell, Niki de Saint-Phalle qui a rencontré à Hauterives Jean Tinguély son futur compagnon, Picasso aussi… On y lit « la folie constructive », ou « construction farfelue mais construction baroque » ou « c’est de l’art, c’est du rêve et c’est de l’énergie ».
Des ressentis différents face à une œuvre qui ne saurait laisser indifférent et qui porte encore aujourd’hui la grande multiplicité des rêves.
Jacqueline Aimar

S'y rendre



Pierre Aimar
Dimanche 5 Juillet 2015
Lu 176 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément