Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Picasso 1932. Année érotique du 10 octobre 2017 au 11 février 2018 au Musée national Picasso-Paris

Picasso 1932. Année érotique est la première exposition dédiée à une année de création entière chez Picasso, allant du 1er janvier au 31 décembre d'une même année


Musée Picasso, salon Jupiter © Musée national Picasso-Paris, 2015/Fabien Campoverde
Musée Picasso, salon Jupiter © Musée national Picasso-Paris, 2015/Fabien Campoverde

L'exposition présentera des chefs-d'œuvre essentiels dans la carrière de Picasso comme Le Rêve (huile sur toile, collection particulière) et de nombreux documents darchives replaçant les créations de cette année dans leur contexte.

Cet événement, organisé en partenariat avec la Tate Modern de Londres, fait le pari dinviter le visiteur à suivre au quotidien, dans un parcours rigoureusement chronologique, la production dune année particulièrement riche. Il questionnera la célèbre formule de lartiste selon laquelle « luvre que lon fait est une façon de tenir son journal », qui sous-entend lidée dune coïncidence entre vie et création.

Parmi les jalons de cette année exceptionnelle se trouvent les séries des baigneuses et les portraits et compositions colorées autour de la figure de Marie-Thérèse Walter, posant la question du rapport au surréalisme.

En parallèle de ces œuvres sensuelles et érotiques, l'artiste revient au thème de la Crucifixion, tandis que Brassaï réalise en décembre un reportage photographique dans son atelier de Boisgeloup. 1932 voit également la « muséification » de l'œuvre de Picasso à travers lorganisation des rétrospectives à la galerie Georges Petit à Paris et au Kunsthaus de Zurich qui exposent, pour la première fois depuis 1911, le peintre espagnol au public et aux critiques. Lannée est enfin marquée par la parution du premier volume du Catalogue raisonné de l'œuvre de Pablo Picasso, publié par Christian Zervos, qui place l'auteur des Demoiselles d'Avignon dans une exploration de son propre travail.

1932 : année érotique

Du 2 janvier au 14 mars 1932, Picasso peint une suite fascinante de vingt-cinq toiles dun érotisme débridé.

Préparant sa rétrospective à la Galerie Georges Petit, il travaille dans une tension érotique sans précédent. Toutes les formes de ses compositions possèdent une image « cachée », mais aisément identifiable : pénis, testicules, pubis.

Peint le 24 janvier, Le Rêve sintègre dans cette série. La scène se tient ici dans un décor dintérieur (celui de lappartement de rue de La Boétie), reconnaissable à son papier peint à losanges et ses moulures, dont la couleur verte se prolonge sur le corps de Marie-Thérèse Walter, modèle du tableau. Partagé en deux couleurs rose et verte, le visage de Marie-Thérèse est à la fois vu de face et de profil, la partie supérieure révélant un pénis étrangement naturaliste.

Picasso pousse à son comble l'érotisation de la figure, devenue incarnation de la sexualité. En proie au rêve, la figure passive de Marie-Thérèse est le lieu de projection des désirs érotiques du peintre « veilleur de sommeil ». Selon les mots de Leo Steinberg, les « observateurs de sommeil matérialisent des pensées dans lesquelles la forme, le désir, lart et la vie se recoupent ».
Dans Le Rêve, la femme endormie devient le sujet de la métamorphose d'une tête en organes sexuels.

L'osmose est ainsi totale entre sexualité et créativité, l'acte sexuel et l'acte de création devenant des métaphores interchangeables.

Pratique

10 h 30-18 h (9 h 30-18 h en période de vacances scolaires et le week-end)
Tous les jours sauf le lundi, le 25 décembre, le 1er janvier et le 1er mai.

Renseignements :
+33 (0)1 85 56 00 36
contact@museepicassoparis.fr




Pierre Aimar
Mardi 1 Août 2017
Lu 276 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter