Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Philippe Pétremant, Mort à crédit et en stéréo, Galerie le Réverbère, Lyon, du 10 septembre au 28 décembre 2013

Mort à crédit et en stéréo est une exposition imaginée comme un film qui pourrait avoir comme teaser cette déclaration d’Edward Steichen : «L’exposition est un film dans lequel c’est vous qui bougez et où se sont les images qui restent immobiles»,


La Photographie n’est pas responsable © DR
La Photographie n’est pas responsable © DR
ce principe reposant bien entendu sur la conviction que le rapport de l’image au récit est davantage subordonné aux possibles imaginaires du spectateur plutôt qu’à une stricte qualité -performative- de la photographie. Lasse de se superposer au récit, la narration implose aussitôt que la photographie disjoint le temps de celui-ci et confond le point de vue de l’image avec le point de vue du spectateur. Le devenir de l’arborescence narrative se projette alors au cours de la déambulation dans l’espace de l’exposition.

Mort à crédit et en stéréo se présente sous la forme de différents projets photographiques qui, chacun, jouent pour l’occasion une partie du film : Partenaires, en gros ouvre le film en guise de générique. De l’inconvénient d’être né assume les dialogues ou plus précisément les intertitres, le casting des rôles a été réalisé dans Les Contrées nulles et la bande originale est issue de La Tête au carré. Avec un brin de facilité qui associe bien souvent concupiscence et audience, Planète interdite se charge des scènes dites «de cul», improbité modérée par un script signé Paul Valéry : Fin de Monsieur Teste. Que les spectateurs les plus rétifs à la chose méditative ne s’alarment pas pour autant, ils pourront compter sur leur lot d’actions - effets très spéciaux et autres scènes haletantes que n’aurait pas désavoués Bruce Willis - extraits du projet en cours : La Photographie n’est pas responsable. Puisqu’on vous le dit.
Philippe Pétremant


Pierre Aimar
Mercredi 3 Juillet 2013
Lu 132 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément