Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Opéra «La Métamorphose», création mondiale de Michaël Lévinas avec le « sopraniste » Fabrice Di Falco, Opéra de Lille, du 7 > 15.03.11

L'opéra de Lille proposera du 7 au 15 mars 2011 une adaptation de la nouvelle fantastique de Franz Kafka «La Métamorphose», création mondiale de Michaël Lévinas avec le « sopraniste » Fabrice Di Falco.


Quatrième opéra de Michaël Lévinas, mis en scène par Stanislas Nordey, « La Métamorphose » est née d'une commande de l'Opéra de Lille et du ministère de la Culture. Les voix des interprètes, au premier rang celle de Fabrice Di Falco , personnage principal Gregor Samsa qui se transforme en insecte, sont traitées en « live » par des techniques d'hybridation par ordinateur. Celles-ci permettent d'allier « sons naturels et électroniques », symbolisant ainsi la transformation du personnage.
Au sortir d’un rêve agité, Grégor Samsa s’éveille pour vivre un véritable cauchemar, celui de sa transformation en énorme cancrelat. Tout le monde connaît cette nouvelle de Kafka ; elle appartient désormais à nos mythologies contemporaines. L’idée d’en faire un opéra est tellement excitante qu’on en serait presque à se demander pourquoi une telle adaptation n’a encore jamais été tentée. Peut-être parce que la perspective donne le vertige et que l’histoire elle-même semble veiller à sa propre irreprésentabilité?
Il aura fallu attendre près d’un siècle pour que le texte se métamorphose en opéra grâce à Michaël Levinas et à l’équipe artistique qu’il a réunie. Avec Valère Novarina et Emmanuel Moses, le compositeur opère un travail sur la langue pour révéler sa vocalité lyrique. Le chant du « sopraniste » Fabrice Di Falco et des autres interprètes est ensuite traité par des techniques d’hybridation informatiques.
Toujours en quête « d’une suggestion d’ébranlement dramatique dans la vibration du son » comme s’il y avait un « au-delà du son dans le son », la musique de Levinas s’ouvre au fantastique. Ce sentiment de l’extraordinaire sera rendu palpable par les instrumentistes d’Ictus, imbattables quand il s’agit de faire advenir des univers inouïs.
L’adaptation scénique est confiée à Stanislas Nordey, homme de théâtre insatiable découvreur de textes contemporains. Il s’est également distingué à l’occasion de nombreuses collaborations avec les plus grands compositeurs de notre temps, parmi lesquels Michaël Levinas. C’est en effet lui qui a mis en scène son précédent opéra composé à partir des Nègres de Jean Genet.

"Che faro senza Euridice"-Gluck-Orfeo ed Euridice

Qu'est-ce qu'un sopraniste ? (source http://fabrice.difalco.online.fr)

Sopraniste : terme généralement appliqué à un chanteur masculin (enfant, castrat ou falsettiste), dont la téssiture, quand il chante, correspond à celle de la femme soprano, par opposition au contre-ténor ou au haute-contre qui ont une voix similaire à celle de la femme alto ou contre-alto.

Le sopraniste est en fait un falsettiste qui utilise sa voix de fausset quand elle est belle et expressive. Le falsetto est un registre intermédiaire entre celui de poitrine et celui de tête. La spécificité du sopraniste réside dans sa facilité à passer du registre de voix de poitrine (la plus naturelle et la plus puissante) à la voix de fausset (qui correspond à la voix de tête chez la femme). Ne pas confondre la voix de tête de l'homme qui n'est pas très puissante (et qui correspond au médium d'une femme) avec la voix de fausset qui elle a une capacité sonore plus importante.

Chaque sopraniste a une voix qui lui est propre. Les voix de sopraniste ne se ressemblent pas. La voix est le reflet de la personnalité de chaque chanteur. Ainsi a-t-on des couleurs vocales différentes, des timbres différents, et, selon les morphologies, des caractéristiques différentes.

Il existe des sopranistes avec une voix proche de celle de l'enfant, d'autres proches de la soprano colorature (exécutant des notes au-dessus du contre-ut féminin), d'autres proches de la mezzo soprano (qui allie un registre grave, timbré, à des aigus tonitruants, avec un coffre certain). Ce sont d'ailleurs ces dernières, telles Lauren Hunt, Anne-Sophie Von Otter, et Cécilia Bartoli qui sont de préférence sollicitées pour reprendre les rôles de castrat de l'opéra baroque composés par Broschi, Porpora ou encore Haendel....

La hauteur du son dépend de la tension et de la longueur des cordes vocales. Fabrice di Falco possède des cordes vocales longues et fines qui lui permettent cette voix ronde, riche en harmoniques, naviguant entre les graves et les aigus de la mezzo soprano.
En effet, la qualité de la voix dépend du nombre d'harmoniques (moins de 9: la voix est sourde; plus de 14: elle est stridente).

La voix de sopraniste, naturellement miraculeuse, permet de faire revivre le répertoire des castrats, sans prétendre reconstruire leur art vocal; Le castrat chantait en effet à l'octave féminine réelle: certains rôles pouvaient ainsi être interprétés indifféremment par un sopraniste ou un soprano féminin. Un sopraniste, même s'il trouve un réel épanouissement vocal après des années de travail intensif auprès d'un professeur de chant, ne pourra aujourd'hui acquérir la même voix.

Source site de Fabrice di Falco


pierre aimar
Dimanche 14 Novembre 2010
Lu 1242 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter