Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Norma de Bellini à Saint Etienne, une mise en scène décevante pour un spectacle d'une haute qualité musicale

L'opéra théâtre de Saint Etienne ouvrait sa saison avec le chef d'oeuvre du bel canto "Norma" de Bellini. A la tête du bel orchestre symphonique et des solides choeurs de la maison, Laurent Campellone nous offrait une version très raffinée de cette partition célèbre. La précision de la direction, l'éloquence du geste, la qualité du rapport avec les chanteurs et les musiciens de la fosse sont au-dessus de tout éloge et méritaient les applaudissements nourris du public.


Photo Cyrille Sabatier
Photo Cyrille Sabatier
A côté des chanteurs habitués de l'opéra de Saint Etienne, comme Jean-Pierre Furlan, nous avions le plaisir de découvrir Clara Polito qui, dans le rôle si difficile de Norma, imposait très vite sa grande musicalité et la finesse de son jeu dramatique. Nous avons beaucoup aimé Karine Deshayes, interprète de luxe pour le rôle d'Adalgise, Carlo Cigni, Orovèse à la voix puissante, à la parfaite diction.
Pourquoi Jean-Louis Pichon a-t-il choisi de présenter cet opéra dans un décor et des costumes contemporains d'une désespérante noirceur ?Nous comprenons fort bien que le metteur en scène veuille échapper à une convention stérile mais pourquoi alors la remplacer par une autre tout aussi contraignante, fort inesthétique et souvent en ciontradiction avec ce qu'on entend dans le livret et dans la partition ? L'affublement incongru des druides-maquisards, l'encombrante présence du cadavre abandonné sur son brancard pendant une large partie du premier acte, la complaisante exposition d'épaves de voitures dans le second paraissent une concession bien facile à la "modernité". Il faut redire une fois de plus aux metteurs en scène que le public est fort capable de comprendre que ce que nous montrent les chefs d'oeuvre du théâtre ou de l'opéra nous concernant ici et maintenant sans qu'il soit indispensable d'en apporter une laborieuse démonstration.
Cette remarque est moins une critique qu'un regret car Jean-louis Pichon nous a habitués à des mises en scène fortes, belles, intelligentes. Sa gestion de la grande maison stéphanoise,ses rapports chaleureux avec le personnel, sa compétence artistique, son carnet d'adresses vont évidemment manquer au moment où la nouvelle municipalité s'en sépare pour une politique qu'on espère encore ambitieuse. Et qu'on permette à un vieil habitué de l'opéra de Saint Etienne de lui redire sa reconnaissance et son admiration.
H. Pezelier


henri.pezelier@orange.fr
Mardi 18 Novembre 2008
Lu 2169 fois


Commentaires articles

1.Posté par JOLLET Roselyne le 20/04/2012 20:56
Il faudrait interdire aux metteurs en scène loufoques de mettre leurs fantasmes dans les opéras !
En effet, ceux-ci ne sont pas faits pour être maltraités par des ignares.
Il faut respecter le compositeur, l'époque où l'oeuvre doit se situer, les décors, les costumes...
Je serai cantatrice, je refuserai de chanter dans un spectacle qui ne restitue pas l'oeuvre comme elle a été pensée !

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 22





Inscription à la newsletter