Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Muerte y reencarnacion en un cowboy de Rodrigo Garcia, Théâtre de La Criée, Marselle, 11 et 12 Octobre 2013, par Philippe Oualid

Muerte y reencarnacion en un cowboy est un spectacle insolent, indécent, impitoyable, qui nous entraîne dans le périple de deux cowboys réincarnés qui vont, à la suite d'une exhibition infernale, s'entretenir, sagement installés dans des chaises longues, du rire, du désir, du sens de la vie et de la finalité de l'existence.


© Christian Berthelot
© Christian Berthelot
La première partie qui dure environ une heure, nous montre deux personnages (Juan Loriente et Juan Navarro) vivant dans l'abjection, qui ôtent à la mythologie du cowboy tout son panache, en se livrant à un combat donquichottesque enragé avec des guitares électriques qu'ils fracassent sur la scène. Le plus souvent, intégralement nus, multipliant les postures obscènes, transformant le spectateur en voyeur, ils donnent à leur réincarnation après un accouchement difficile, un accent de folie furieuse où la virilité tend à se façonner surtout en déguisement avec bottes, chapeau de feutre à larges bords et lunettes noires, pour constituer le souvenir enveloppant d'une carapace protectrice dans le jeu d'un strip-tease fondé d'ailleurs sur la nature même des accessoires. Frères siamois pénétrant dans le même tricot et la même culotte, chevauchant la même machine-taureau du rodéo, élevant des poussins, se battant, se mordant ou se giflant sans retenue, incapables de raisonner quelque peu, ils se livrent à leurs pulsions destructrices avec une énergie tellement infernale que bon nombre de spectateurs quittent la salle, offusqués !

La seconde partie qui occupe environ une demi-heure, nous les présente assagis, discutant sérieusement en dégustant une bière, assis ou allongés dans des chaises longues. Le propos en espagnol, surtitré sur grand écran, fait état de manière surprenante d'interrogations éthiques et métaphysiques fondamentales pour conclure que le désastre survient pour tous un jour ou l'autre.

S'attendant peut-être à des réactions négatives ou hostiles de la part du public, à la suite du climat de provocation qu'ils instaurent, les acteurs ne viennent pas saluer, et laissent les spectateurs interloqués devant ce théâtre expérimental qui nous vient d'Argentine mais qui est produit par le teatro Carniceria de Madrid et le Théâtre National de Bretagne.
Philippe Oualid

Muerte y reencarnacion en un cowboy de Rodrigo Garcia
Avec Juan Loriente et Juan Navarro
Théâtre de La Criée (Marselle), 11 et 12 Octobre 2013


Pierre Aimar
Samedi 12 Octobre 2013
Lu 130 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18










Inscription à la newsletter