Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Mouvement des intermittents du spectacle : le Président des Chorégies d’Orange Thierry Mariani écrit au Premier ministre

Président des Chorégies d’Orange depuis 1995, Thierry MARIANI a écrit ce lundi matin au Premier ministre Manuel VALLS pour lui faire part de son inquiétude face aux conséquences que pourrait avoir le mouvement de grève des intermittents du spectacle sur l’avenir du festival.


Dans le courrier qu’il a adressé au Premier ministre, Thierry MARIANI a tout d’abord rappelé « la pertinence de l’existence du statut des intermittents » et témoigné qu’il était « indispensable à la création artistique, à la vie culturelle de notre pays et, au-delà, à l’économie locale qu’elle engendre » même si, ajoute-t-il « des dérives voire des abus existent et une réforme est certes toujours possible », mais cela « ne doit en aucun cas conduire à l’abandon même progressif d’un régime bénéficiant aux artistes, techniciens et ouvriers qui, dans leur immense majorité, accomplissent leurs fonctions avec dévouement et au service de la culture et du public ».

Pour le Président des Chorégies d’Orange, l’annulation d’un seul spectacle de l’édition 2014 « serait littéralement catastrophique » dans la mesure où « les recettes de billetterie sont essentielles dans (notre) modèle économique ». Pour lui, « les choses sont claires pour (moi) et pour (notre) Directeur général Raymond DUFFAUT avec qui (je) travaille en toute confiance : après 145 ans d’existence que seules deux Guerres Mondiales sont venues suspendre, les Chorégies d’Orange s’arrêteraient, purement, et simplement ».

Thierry MARIANI rappelle également dans sa correspondance que grâce à la Ministre de la Culture et de la Communication et au Préfet de Vaucluse, les quatre financeurs publics (Etat, Région, Département et Ville) ont récemment « pour la première fois depuis 20 ans (…) accepté une première réévaluation de leurs subventions respectives » et que « si des difficultés liées au mouvement des intermittents devaient toucher (notre) festival cet été, ces efforts et le regain d’optimisme qu’ils avaient suscité dans (notre) association seraient anéantis ».
Se disant très « inquiet », « le Président du plus ancien festival de France, créé en 1869 » conclut son courrier en demandant avec Raymond DUFFAUT à Manuel VALLS de « tout mettre en œuvre pour que cela soit effectivement possible et que les seules menaces qui puissent peser sur les Chorégies d’Orange 2014 soient le mistral de Provence ou un orage d’été ».


Pierre Aimar
Mardi 17 Juin 2014
Lu 483 fois


Commentaires articles

1.Posté par Danielle le 18/07/2014 14:04 (depuis mobile)
Cette déclaration est une honte. Et que fait M. Mariani des sommes déboursées par ses clients pour le spectacle, le voyage, l'hôtel, le restaurant. Comme si le vent et la pluie ne suffisaient pas. Si les Chorégies disparaissent, ce ne serait que justice.

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18





Inscription à la newsletter