Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Monts d’Ardèche, Le partage des eaux

Ce parcours artistique dans les Monts d’Ardèche présente une collection d’œuvres pérennes - et aussi éphémères - en parcours libre, au fil des vallons et courbes de ces montagnes qui offrent si bien le souffle de liberté dont chacun a besoin.


Ardèche, lige de partage des eaux © Nicolas Lelièvre
Ardèche, lige de partage des eaux © Nicolas Lelièvre
La ligne de partage des eaux ? une ligne magique, limite géographique qui divise un paysage en différents bassins fluviaux. D’un côté fleuves et rivières partent au loin vers le lointain Océan Atlantique; de l’autre ils amorcent une descente vers la Méditerranée plus proche, via le fleuve Rhône.
La ligne se présente donc comme une synthèse entre l’Ardèche -versant méditerranéen- et l’un des sites majeurs du Parc, les sources de la Loire au Mont-Gerbier-de-Jonc - versant atlantique. Située à la frontière occidentale du Parc des Monts d’Ardèche, sa position culminante offre des points de vue grandioses qui permettent une compréhension facile des caractéristiques paysagères du territoire.

Un partage artistique
Le partage des eaux devient en Ardèche parcours artistique, en reliant les premières œuvres de l’humanité abritées par « La grotte Chauvet », à la création contemporaine, invitée par le Parc des Monts d’Ardèche ; le dialogue est ouvert donnant source à l’inspiration et à la création dans des lieux divers et caractéristiques.
Comme le dit Lorraine Chénot, Présidente du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche, « contrairement à une œuvre dans un musée, soigneusement veillée par un conservateur, les œuvres en pleine nature seront entretenues, racontées par ceux qui vivent à proximité et les ont vu naître. La ligne de partage des eaux deviendra, à partir de 2017, une des fiertés des habitants du parc et rayonnera au-delà de notre montagne. Elle sera ainsi le symbole de l’alliance réussie de l’Auvergne et de Rhône-Alpes. »

Des lieux et des œuvres
C’est ainsi que nichées dans des sites à découvrir, on rencontre à la Chartreuse de Bonnefoy, la ruine lumineuse, transparence et éclat de Stéphane Thidet ; et à l‘Abbaye de Mazan, beau site d’Ardèche, Un cercle et mille fragments, jeux de soleil et de feuilles d’or de Felice Varini ; au Moure de l’Abeouradou, Le Phare de Gloria Friedman. Gilles Clément propose à Sagnes-et-Goudoulet, sa tour à eau et, à l’Abbaye Notre-Dame-des-Neiges, Huang Yong Ping offre le Courant.
Jacqueline Aimar

Penser un territoire, par Lorraine Chénot, Présidente du Parc naturel régional des Monts d’Ardèche

Lorraine Chénot © DR
Lorraine Chénot © DR
Le Parc naturel régional des Monts d’Ardèche a été créé en 2001 à l’initiative des castanéïculteurs (producteurs de châtaignes) et des habitants de ce territoire rural, fragile et remarquable. Pour cela, l’ensemble des acteurs publics et privés du territoire se sont réunis autour d’un projet qui repose sur la mise en valeur des patrimoines naturels et culturels.
Le Parc est soutenu par ses communes (145), ses communautés de communes, les départements Ardèche et Haute-Loire et deux régions, devenues depuis le 1er janvier 2016, la grande région Auvergne-Rhône-Alpes.
Toutes les collectivités s’investissent pour la mise en œuvre de la charte et la réussite du projet LE PARTAGE DES EAUX : parcours d’art contemporain à ciel ouvert. Le lien au territoire, l’ancrage local constitutifs de l’ADN du Parc sont essentiels car au delà de son ambition culturelle LE PARTAGE DES EAUX est aussi un moteur de développement économique qui s’appuie sur l’artisanat, les savoir-faire, l’industrie et les professionnels du tourisme des Monts d’Ardèche.

Il s’agit d’accompagner un événement majeur pour l’Ardèche et le monde: la découverte de la grotte Chauvet classée en juin 2014 au patrimoine mondial par l’UNESCO. Aujourd’hui, la Caverne du Pont d’Arc permet à tous de découvrir, grâce à un fac-similé éblouissant, les œuvres de ces artistes qui nous ont précédés il y a 35 000 ans.

Les artistes de la grotte Chauvet vivaient avant l’holocène, cette longue période de stabilité climatique qui a duré plus de 11 000 ans et a permis à l’humanité de se développer. Aujourd’hui, de plus en plus de scientifiques considèrent que l’espèce humaine est devenue une force tellurique qui influence l’avenir de la Terre et met en péril sa survie. Dans les Monts d’Ardèche, nous avons la chance de pouvoir relire l’histoire de la Terre depuis 500 millions d’années et aussi de faire découvrir les œuvres humaines les plus anciennes et les plus abouties.

Ces patrimoines naturels et humains peuvent nous aider à penser l’avenir.

LE PARTAGE DES EAUX, tout comme la reconnaissance UNESCO Geopark ont été imaginés dans ce but. Ils donnent aux habitants l’opportunité de rencontrer des scientifiques et des artistes et de s’interroger, avec eux, sur l’avenir de ce territoire. C’est ainsi que le Parc des Monts d’Ardèche souhaite incarner les valeurs fondamentales de l’UNESCO : sciences, culture et éducation pour construire la paix.

C’est le sens profond de ce parcours artistique sur la ligne de partage des eaux, point de rencontre entre deux mondes Atlantique et Méditerranée qui questionne la vie de nos enfants sur une «Terre» fortement brutalisée par l’espèce humaine. Les dispositifs paysagés et les œuvres d’art matérialisent la ligne, rendent visible l’invisable, revisitent nos patrimoines. Ils évoquent la continuité du cycle de l’eau , matrice des paysages - des montagnes aux vallées - et dans le temps : l’eau que nous buvons aujourd’hui est la même que celle qu’ont bu les artistes de la grotte Chauvet et avant eux, les dinosaures qui ont laissé leurs empreintes dans notre Geopark.

Serons-nous capables de conserver la qualité de nos rivières, de nos paysages, de nos productions agricoles, de nos modes de vie ? Nous sommes face à un immense défi. Serons-nous précurseurs ? Inventeurs ? Créateurs ?

Pratique

Les intervenants :
Gilles Clément / Gloria Friedmann / Huang Yong Ping / Olivier Leroi / Stéphane Thidet / Felice Varini / Eric Benqué / IL Y A / Toplamak (frédéric dumond, Eric Watt, Anne de Sterk)
Direction artistique : David Moinard – Atelier Delta

Inauguration officielle : vendredi 7 juillet 2017
Lancement public : samedi 8 juillet 2017

Sorties et conférences gratuites.
Réservation 04 75 36 38 60 / acceuil@pnrma.fr


Jacqueline Aimar
Lundi 5 Juin 2017
Lu 445 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 201





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément