Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Métropolis. Fernand Léger et la ville. Volet 1 Une peinture habitable. Musée national Fernand Léger, Biot (06) du 23 mars au 10 juin 2013

Détenteur du label Patrimoine du XXe siècle octroyé par le Ministère de la Culture et de la Communication en novembre 2000, le musée national Fernand Léger, construit par André Svetchine en 1960 ...


Fernand Léger, Projet pour une peinture murale "Vulcania", 1951, huile sur toile, donation Nadia et Georges Bauquier au musée national Fernand Léger © RMN-Grand Palais / Gérard Blot © ADAGP, Paris 2013
Fernand Léger, Projet pour une peinture murale "Vulcania", 1951, huile sur toile, donation Nadia et Georges Bauquier au musée national Fernand Léger © RMN-Grand Palais / Gérard Blot © ADAGP, Paris 2013
... et agrandi par Bernard Schoebel en 1990, invite à une (re)découverte des éléments d’art décoratif monumentaux conservés dans ses collections qui rendent si bien compte de la puissance créatrice de l’artiste.

Premier volet de cette thématique, Une peinture habitable propose une lecture chronologique des projets d'intégration de la peinture dans l'espace urbain tels que Léger les a imaginés depuis les années 1920 jusqu'à son décès en 1955.
Vitraux, mosaïques, tapisseries et céramiques présentées de manière permanente dans les espaces du musée vont ainsi entrer en dialogue, durant les trois mois que dure l’exposition, avec les études conservées habituellement dans les réserves du musée et qui, malgré leur fragilité, seront, à cette occasion, accessibles aux visiteurs.

Né dans la campagne normande en 1881, Fernand Léger est profondément inspiré par l'esthétique de la ville dès son arrivée à Paris en 1900. Venu pour y suivre une formation d’architecte, il est fasciné par l'animation permanente des rues, par le contraste des formes et des couleurs qui définissent le nouvel espace de l'homme moderne. La production picturale de l'artiste, ses maquettes pour des projets monumentaux, ses films, les spectacles auxquels il a participé, ses conférences et ses écrits évoquent le contexte urbain - déjà saturé par les enseignes publicitaires - , le monde de la technique mais aussi celui des loisirs et du bien – être social.
Comme au temps de Byzance ou des cathédrales, les artistes doivent, selon lui, trouver naturellement leur place dans la création et l'embellissement de la cité.

Grâce à la riche collection donnée à l'Etat en 1969 par Nadia Léger et Georges Bauquier, sont mises en lumière les relations étroites de l'artiste avec les plus grands architectes de son temps tels Le Corbusier, Robert Mallet-Stevens, Wallace K. Harrison, Paul Nelson, Maurice Novarina, Carlos Villanueva ou Oscar Niemeyer. Ainsi, c'est en constructeur que Fernand Léger élabore son esthétique picturale au service de la révolution sociale, rendue célèbre par des oeuvres monumentales telles la mosaïque des litanies de la Vierge pour la façade de l'église Notre-Dame-de-Toute-Grâce au plateau d'Assy en Haute-Savoie (1950) ou la fresque Le Transport des forces commandée par l'Etat français pour l'Exposition internationale des arts et techniques dans la vie moderne à Paris en 1937, actuellement exposée au Palais de la Découverte et dont le musée national Fernand Léger possède l'étude. L'artiste réalise malgré tout peu de projets urbains, certains ont cependant abouti à la fin de sa vie, après son retour d'exil américain en 1945.

Intitulé Le spectacle de la vie moderne (6 juillet - 7 octobre 2013), le second volet de l'exposition proposera un dialogue original entre les 29 planches de l'album lithographique « La Ville » édité par Tériade en 1959 à partir des gouaches de l'artiste (collection du musée national Fernand Léger) et des photographies de paysage urbain encadrées ou reproduites dans des revues (Robert Doisneau, André Kertesz, William Klein, François Kollar, Roger Parry ...) provenant notamment de la Médiathèque de l'architecture et du patrimoine à Paris.

Commissariat général : Maurice Fréchuret, directeur des musées nationaux du XXe siècle des Alpes-Maritimes Commissaire : Diana Gay, conservatrice au musée national Fernand Léger

Pratique

Musée national Fernand Léger
Chemin du Val de Pôme
06410 Biot (France)
+33 (0)4 92 91 50 30
www.musee-fernandleger.fr
Ouverture : tous les jours sauf le mardi et le 1er mai, de
10h à 17h , jusqu’à 18h à partir du 2 mai.


Pierre Aimar
Jeudi 14 Février 2013
Lu 366 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter