Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Marseille. Des OVNIS dans la salle du théâtre Toursky : « Les Franglaises ». Par Danielle Dufour-Verna

Molière mérité du théâtre musical 2015, ce sont bien des OVNIS que le théâtre Toursky a accueillis ce 24 mai 2017 à Marseille.


© DR
© DR

Une troupe de jeunes comédiens du burlesque, pas vraiment comédie musicale, pas vraiment théâtre, mais un show totalement jubilatoire ; De la caricature, un irrationnel échevelé, du comique, de l’absurde, de l’insolite dans un spectacle défrisant, électrisant la salle. La mise en scène est calculée au millimètre, à la seconde. Par-dessus-tout un esprit railleur, tendre, mariant la traduction littérale et amusée des grands tubes anglo-saxons à des parodies théâtrales hilarantes. Ces jeunes gens apportent fraîcheur, gaîté, enthousiasme, délire. Leur professionnalisme est carrément « scotchant » !

La troupe, sur scène, et hors de la scène, respire la camaraderie et les bons coups faits ensemble. Ils expliquent s’être construits ensemble, habitant le même endroit, allant au même collège. Puis de cabarets en cabarets, ont affûté leurs griffes, leur jeu, jusqu’à monter sur le podium.
Comme dans un cabaret où les musiciens accordent leurs instruments alors que la salle se remplit, on entre dans une salle de spectacle où les comédiens-musiciens-chanteurs-équilibristes-clowns sont déjà sur scène et parmi le public : musique et ambiance. Ils se mêlent aux spectateurs agréablement surpris, les interpellent, les prennent par la main pour rejoindre leurs places, leur serrent la main et leur font deux mots de causette. Le décor est planté, le sourire est déjà aux lèvres. Quelle efficacité !

Pendant le spectacle, ces acteurs saltimbanques polyvalents et le public ne font qu’un, tellement l’implication des spectateurs est grande : les réponses à leurs demandes de chansons fusent, des farandoles, des danses, des apartés. Le maître du jeu, en queue de pie, nounours aux cheveux bouclés, se prête à des réparties avec la salle dignes des plus grands show-men de l’humour.

La prestation pourrait se scinder en deux parties : la première étant déjà une performance de haut vol, la seconde se faisant plus farfelue, plus désopilante. C’est vif, enlevé, habile, rôdé, tout en donnant l’impression de l’imprévu et de l’improvisation, la classe, la vraie !
On découvre avec bonheur de jeunes chanteuses à la voix admirable, jusqu’à l’interprétation, magistrale, d’une chanson de Piaf ! Cette troupe fait feux de tout bois ; elle est élastique, malicieuse, séduisante. Leur jeu est intelligent, adroit, faisant répondre la salle exactement là où ils l’attendent, réglé comme du papier à musique. Ces jeunes sont capables de tout. Ils tiennent les « presque partenaires » que nous sommes en haleine de bout en bout. On ne veut plus les voir partir. A la fin du spectacle, il faudrait les retenir et c’est une clameur qui s’élève des rangs, qui ne s’éteint pas…

« Savez-vous vraiment ce que vous chantez dans votre salle de bain ? Les Franglaises testent nos connaissances musicales anglo-saxonnes dans une performance interactive et totalement ouf… Des tubes tels que « Billy Jean »… ou des refrains entêtants comme « Tu dis oui, je dis non. Tu dis stop et je dis va, va, va », repris en chœur par toute la salle. Tous ces standards archi-connus sont maltraités avec une sacré pêche par douze drilles parfaitement rompus à l’improvisation dans des chorégraphies azimutées et émaillées de trouvailles tout à fait décalées… Une explosion d’énergie sur la scène. »
Malicieux, séduisants, ne craignez rien, ils seront de retour dès cet hiver, à Bobino !

Richard Martin et l’équipe du Théâtre Toursky, fidèle à eux-mêmes, offrent une fois de plus l’image de la diversité et de l’excellence. Le festival russe, la « Faites de la Fraternité » réunissant les musiques de tout le pourtour méditerranéen dans un élan populaire fraternel et, le 2 juin, « la fête de la dette » en appui au Secours populaire présentée par Christophe Alévêque, sont trois exemples de cet éclectisme, parmi tant d’autres. Je vous invite dès à présent à faire un tour dans ce lieu de culture vivant qu’est le théâtre et l’espace Léo Ferré. Vous y rencontrerez sans doute Richard Martin faisant une accolade à un « frangin » de passage. Le chien « liberté », peut-être de passage sur l’immense terrasse ombragée, vous fera l’amitié de son regard et quémandera une caresse. Le restaurant « les frangins d’la night » vous concoctera de bons petits plats ou des en-cas providentiels. Et vous pourrez tout à loisir consulter le programme de la saison prochaine, installé confortablement sous un pin immense, une boisson fraîche à portée de main.
Les 30 et 31 mai à partir de 19h, aura lieu la présentation de la saison avec buffet et animations musicales, deux soirées « d’été » à savourer seul ou en famille.
Danielle Dufour-Verna

LES FRANGLAISES

Distribution :
PV Nova, Romain Piquet, Quentin Bouissou, Yoni Dhan, Daphnée Papineau, William Garreau, Laurent Taïeb, Roxane Terramorsi, Saliha Bala, Philippe Lenoble, Adrien Le Ray et Marsu Lacroix


Danielle Dufour-Verna
Lundi 29 Mai 2017
Lu 125 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément