Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Marie Bovo : La Danse de l'Ours, Exposition au FRAC Marseille, du mars au 13 juin 2015. Par Philippe Oualid

L'exposition de Marie Bovo au FRAC de Marseille s'intitule énigmatiquement « La Danse de l'Ours ».


Elle présente dans deux salles de grandes photographies en couleur qui représentent les plages désertes des îles Lofotan, en Norvège, des fenêtres ouvertes sur les immeubles d'un quartier populaire d'Alger, des cours intérieures d'immeubles de la Joliette, vues en contre-plongée, les détritus d'un camp de romanichels, le long d'une ancienne voie ferrée, et des plafonds d'immeubles haussmanniens des quais de Marseille.
La vidéo d'un ours enchaîné dans une cage à Mychkine, en Russie, ouvre l'exposition, celle du rond-point de la Porte d'Aix où des maghrébins attendent ou font la sieste, par un lourd après-midi d'été, la ferme.
Chercher à comprendre le lien sémiologique qui unit toutes ces photographies, c'est questionner dans le signifiant la métaphore de l'ours qui donne son titre à l'exposition : sens figuré, métaphore in praesentia, avec un ours brun "à demi léché", renvoyant au solitaire qui fuit le monde pour s'installer au désert, métaphore in absentia avec ces paysages polaires de grande Ourse, de constellations boréales, ou ces vues d'immeubles qui ont vieilli comme des pièces de théâtre ineptes appelées « ours des cartons », en argot des coulisses, ou enfin ces dépotoirs dépourvus de présence humaine, qui reflètent la grisaille du négatif, la tristesse du vide au cœur de toute misère intérieure.
Aucun évènement en vue ici, hormis une esthétique purement gratuite de la disparition, du déchet collecté qui secrète un pessimisme assourdissant sur l'ensemble.
Marie Bovo, née en 1967 à Alicante, vit et travaille à Marseille. Elle expose depuis quelques années ses travaux photographiques dans des galeries européennes et américaines de renommée internationale.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Lundi 23 Mars 2015
Lu 112 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter