Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Marc Riboud « Portraits », exposition à la Galerie Arcturus, Paris du 6 au 29 novembre 2014

À l’Exposition Universelle de Paris de 1937, il prend ses premières photos avec le Vest-Pocket utilisé par son père dans les tranchées de 14 - 18. En 1943 - 1944, dans le Vercors, il participe aux combats du maquis. De 1945 à 1948, il fait des études d’ingénieur à l’École Centrale de Lyon.


Marc RIBOUD, DALI à Cadaquès, 1963
Marc RIBOUD, DALI à Cadaquès, 1963
Quel a été le moteur de ce jeune homme timide au départ, devenu un homme libre et un infatigable voyageur, parcourant le monde en prenant son temps, emportant avec lui sa joie de vivre, sa curiosité et son fameux « instinct de l’instant » ?

Au-delà de la diversité des sujets, parfois liés à l’actualité mais toujours dictés par son désir de « voir de près ce dont tout le monde parle de loin », Marc Riboud est allé à la rencontre des hommes un peu partout dans le monde.

Cette recherche de l’humanité au plus secret, on la retrouve dans ces anonymes qu’il a photographiés avec une inlassable sympathie, jusque dans ses récentes années : dans le peintre chantonnant perché sur les hauteurs de la Tour Eiffel, dans l’élégance d’une africaine au bal de l’Indépendance au Nigéria, dans le geste timide d’une japonaise se cachant le visage derrière sa main, dans l’affection de trois petites chinoises marchant vers leur destin….

Même dans ses portraits de personnes célèbres, il réussit à capter leur part d’humanité : dans les rires de Chou en Lai et de Nehru, dans l’expression fervente de Gong Li, dans l’imagination au travail chez Saint Laurent etc…

Ces portraits, rarement exposés dans leur ensemble, nous révèlent le raffinement de leur composition et toute la singularité du talent de Marc Riboud. Comme le dit Claude ROY « L’humanisme a depuis une trentaine d’année été utilisé comme une injure. Je m’en servirai comme d’une louange, pour honorer Marc Riboud, cet humaniste volant. Car l’humanisme, ce n’est pas de croire que ces hommes sont identiques, c’est de savoir découvrir leur identité à travers les différences. »

Afin que vous puissiez rendre compte pleinement de cet événement, nous sommes à votre disposition et vous accueillerons avec plaisir sur rendez-vous à un horaire de votre choix afin de vous fournir tout renseignement / matériel complémentaire dont vous pourriez avoir besoin.
Anne de la Roussière

Marc Riboud

À l’Exposition Universelle de Paris de 1937, il prend ses premières photos avec le Vest-Pocket utilisé par son père dans les tranchées de 14 - 18. En 1943 - 1944, dans le Vercors, il participe aux combats du maquis. De 1945 à 1948, il fait des études d’ingénieur à l’École Centrale de Lyon.
Marc Riboud devient photographe indépendant en 1951, et fait un court séjour à New York. À Paris, il rencontre Henri Cartier-Bresson et les autres fondateurs de Magnum. Robert Capa l’invite à rejoindre l’agence en 1953. En 1959, il est élu vice-président de ce collectif de photographe le plus célèbre au monde, il en deviendra le président en 1975-1976.
Après un séjour de trois mois en URSS en 1960, il couvre les indépendances en Algérie et en Afrique noire. L’Overseas Press Club lui décerne en 1966 son prix pour le livre « The Three Banners of China ». Entre 1968 et 1969, il effectue des reportages au Sud et au Nord Vietnam. L’année suivante, l’Overseas Press Club le récompense à nouveau pour « Faces of North Vietnam ». En 1971, il photographie la guerre au Bangladesh. Depuis les années 80, il réalise plusieurs voyages au Moyen-Orient et en Orient, au Tibet, Cambodge, en Chine et au Japon.

«C'est la réalité qui est au bout de la ligne de mire - la réalité que le cadrage peut transformer en rêve »
Marc Riboud est l'auteur de quelques-unes des photos les plus célèbres du XXe siècle comme le « Peintre de la Tour Eiffel », ou celle d'une « Jeune femme tenant une fleur face aux baïonnettes des soldats », lors de la marche pour la paix au Vietnam en 1967. Ses clichés sont les réactions spontanées de ses rencontres.

Marc Riboud célèbre plus le processus visuel qu'intellectuel de la photographie. Il en résulte une grande diversité des sujets abordés célébrant l'humanité sous les angles qui la composent et la décomposent. A l'observateur de trouver son degré de lecture, qu'il soit politique, social ou historique. Dans tous les cas, Marc Riboud offre une libre interprétation de son travail, sa principale ligne de conduite étant une rigueur esthétique à travers ses compositions où « l'oeil fait seul son chemin ». Le raffinement de la composition et celui des couleurs nous révèlent une géométrie humaine où les êtres et les choses sont naturellement présents dans une rythmique graphique.

Pratique

Galerie ARCTURUS
65 rue de Seine
75006 PARIS
Tél : 01 43 25 39 02
arcturus@art11.com
www.art11.com/arcturus



Pierre Aimar
Vendredi 31 Octobre 2014
Lu 114 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter