Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Marc Chagall, les couleurs de la vie, Collection Castor Seibel, Centre d’art la Malmaison, Cannes du 13 novembre 2015 au 24 avril 2016

Verlaine a dit : de la musique avant tout. Nous pourrions dire : de la couleur avant tout.


Longus / Daphnis et Chloé, Lithographie unique en couleurs © Claude Germain © Adagp Paris 2015
Longus / Daphnis et Chloé, Lithographie unique en couleurs © Claude Germain © Adagp Paris 2015
L'exposition, Marc Chagall, les couleurs de la vie, organisée cet hiver au Centre d’art la Malmaison présente plus de 200 gravures, épreuves d’essai, bons à tirer rehaussés, un ensemble unique gracieusement prêté par le collectionneur Castor Seibel. Elles permettront de découvrir l’univers du peintre dont la maîtrise de la couleur alliée aux thèmes poétiques, font de son œuvre un pan incontournable de l’histoire de la gravure du XX e siècle. On retrouve à travers les œuvres exposées les thèmes qui lui sont chers : la mythologie autour de la Bible, son amour partagé pour sa première femme Bella ou encore les paysages russes de son village natal.

Marc Chagall

Verlaine a dit : de la musique avant tout.
Nous pourrions dire : de la couleur avant tout.
Mais cette couleur n’est pas obligatoirement criarde ou décorative, sortie comme déchaînée du tube. Sa noblesse peut se sentir aussi à travers même des dizaines de couches de vernis comme chez Rembrandt, Goya, Daumier, dans la retenue ascétique de Paolo Ucello ou, de notre temps, dans la liberté de couleurs d’un Claude Monet.
Mon rêve sur la couleur ou sur un certain coloris général reste en moi. Ce rêve est indépendant de la fi guration ou de l’abstraction de la toile ; indépendant de tel ou tel isme, dans telle ou telle époque de l’histoire : ces ismes sont, peut-être, d’une certaine manière, caractéristiques pour leur époque, mais ne sont-ils pas passagers ?
Ce n’est pas ma faute si mes yeux sont «  empoisonnés chimiquement  » et si je vois avant tout, dès le seuil, une couleur, un coloris, qui m’attirent ou me repoussent. Plus je suis âgé, plus je sens cela.
Ainsi j’ai été attiré par les couleurs de Cimabue, de Giotto, de Mazaccia, de Goya, de Chardin, de Watteau, de Le Nain, de Monet…

Pratique



Pierre Aimar
Vendredi 8 Janvier 2016
Lu 186 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter