Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Madrid, Musée du Prado. Goya à l'époque de la guerre. 15 avril - 13 juillet

En concomitance avec le bicentenaire des événéments de mai 1808 et du début de la guerre d’indépendance espagnole, le musée du Prado présente une importante exposition consacrée à Goya. Elle est organisée autour des grandes toiles des 2 et 3 mai 1808 à Madrid, qui sont en cours de restauration, tout en replaçant Goya dans un contexte plus large. L’exposition comprend quelque 200 œuvres.


Mai 1808 - mai 2008

Goya, les fusillés du 3 mai 1808
Goya, les fusillés du 3 mai 1808
Avec cette exposition, le musée du Prado participe aux célébrations du bicentenaire de la guerre d’indépendance. Outre les œuvres sur papier, la rétrospective comprend plus de 65 tableaux, prêtés par d’autres institutions, incluant notamment les Majas au balcon et le Portrait de la marquise de Montehermoso, provenant de collections privées ; Le Frère Pedro de Zaldivia assomme Maragato le Bandit de l’Art Institute de Chicago; la Capture du Christ de la cathédrale de Tolède, et un groupe de neuf œuvres prêtées par la Real Academia de Bellas Artes de San Fernando, de Madrid. Ces dernières sont essentielles pour le contenu de l’exposition et sont présentées pour la première fois dans le cadre du développement artistique de Goya.

L’exposition commence avec les dernières années du XVIIIe siècle, quand Goya entre dans une nouvelle phase de sa carrière, marquée par une plus grande liberté créative et par des avancées stylistiques et conceptuelles. Cette période culmine avec la série de gravures connue comme Los Caprichos de février 1799 et avec le tableau la Famille de Charles IV de 1800. Elle se conclut en 1819, année où Goya peint sa dernière œuvre publique, la Communion de saint José de Calasanz. Dans sa vie personnelle, le peintre traverse deux maladies graves. Celle de 1792-93 le laisse sourd mais est suivie par une période de convalescence dans laquelle il affirme son indépendance artistique. La seconde, en 1800, qui l’emporte quasiment, est contemporaine de l’abolition par Fernand VII de la Constitution de 1812. Durant ces 25 années, Goya est le témoin de transformations politiques qui auront une influence extrême sur l’histoire et la société espagnoles.

La guerre d’indépendance espagnole a été l’événement majeur du début du XIXe siècle. En plus de l’invasion du pays par des troupes étrangères, des massacres et de la famine qui en résultèrent, la guerre a produit une libéralisation politique et sociale dans les deux Espagne qui naquirent du conflit : l’Espagne libre, basée à Cadix après la proclamation de la constitution de 1812, et l’Espagne occupée, sous le gouvernement éclairé du roi Joseph Bonaparte et de ses collaborateurs pro-français, à Madrid. Le retour de Fernand VII en 1814 est marqué par l’abolition de la constitution et la répression politique sous un nouveau régime absolutiste.


Entre 1795 et 1819, la vie et l’art de Goya passent d’une ambiance de cour, confirmée par sa nomination comme premier peintre de la cour en octobre 1799, à l’indépendance accrue des dernières années, quand il se révèle principalement intéressé par l’étude de la nature humaine. Les œuvres produites pour le roi et la cour évoluent vers des thèmes plus intimistes, comme les portraits de ses amis ou les compositions dans lesquelles il exprime des idées progressistes et fait usage de la satire pour critiquer l’ignorance humaine ou les vices de la société. Durant cette période cruciale, Goya se concentre sur la gravure, produisant des séries comme les Désastres de la guerre, la Tauromachie et les Disparates, et sur les dessins, qui couvrent une grande variété de sujets, de l’Inquisition à la tromperie ou à la folie, sans exclure des thématiques plus optimistes reflétant la société qui l’entoure.

MUSEO NACIONAL DEL PRADO Ruiz de Alarcon, 23 – 28014 MADRID
INFORMATIONS : Tél: +34 913 30 29 60 Fax: +34 913 30 28 58 / 53
Site : www.museodelprado.es
HORAIRES : Du mardi au dimanche et jours fériés: de 9h à 20h. Fermé le lundi (jours de fête inclus).
TARIFS : Tarif plein : 8€; tarif réduit : 4€ Réservation à l'avance. Prix : 9,5€ (gratuit pour les enfants de moins de 6 ans); Reservations au: + 34 902 10 70 77 et www.museodelprado.es


pierre aimar
Vendredi 11 Avril 2008
Lu 3014 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter