Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Lyon, galerie Attrape-Couleur. Rafaël Grassi Hidalgo, Love me two time

« Les tableaux, les dessins de Rafaël Grassi-Hidalgo, s’amusent des jeux libres, sensuels et nuageux, de chevelures hachurées, griffant à l’occasion une peau de peinture acidulée. Ils entremêlent des sections de trames graphiques, des structures fractales, des équations d’alphabet qui, dans l’énigme d’un mot, cimente l’ordonnance de figures affolées. L’ampleur poétique, la précision du geste peint ou dessiné, les renvois à l’architecture d’intérieur, au paysage mental, à l’organique, au minéral, au végétal, parlent de l’essentiel de la vie dans la vie des couleurs, des formes et des traits qu’elle caresse. » Frédéric Bouglé, extrait du texte "Peinture pataphysique aux couleurs si fraîches", publié dans le catalogue de l’exposition "De l’art de tuer le temps", Montluçon, Décembre 2007.


Rafaël Grassi-Hidalgo, artiste résident en France depuis une dizaine d’années

Rafaël Grassi-Hidalgo
Rafaël Grassi-Hidalgo
Rafaël Grassi-Hidalgo développe une œuvre polymorphe qui se décline sur plusieurs médiums. La peinture principalement, mais aussi le dessin ou la photographie, font partie des moyens avec lesquels cet artiste conçoit et réalise ses œuvres. Les peintures présentées à L’attrape-couleurs, sous le titre de "Love me two times ", sont issues d’un travail qui a son origine dans des images photographiques retouchées à l’ordinateur. L’informatique a été utilisée ici comme un outil capable de porter atteinte à l’image, la vidant dans une certaine mesure de son caractère référentiel sans pour autant annuler complètement sa capacité représentative. Ruptures, glissements, répétitions…sont autant de stratégies avec lesquelles l’image est éloignée de sa littéralité pour mieux être située dans une zone où les ambiguïtés multiplient les lectures, tout en renforçant leur puissance plastique. Une fois "redéfinies, chacune de ces images numériques dévient en quelque sorte une partition plastique qui peut être interprétée plusieurs fois, de façon pas nécessairement identique, avec des moyens picturaux. Dans "Love me two times" le public trouvera donc un ensemble de peintures organisées, en résonance avec le lieu, sur le mode du double et du répétitif.

Galerie l'Attrape-Couleur
Place Henri Barbusse
69009 Lyon
04 72 19 73 86


attrape.couleurs@wanadoo.fr
Mardi 29 Avril 2008
Lu 1165 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter