Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Les Outre-mer au Muséum national d’Histoire naturelle du 3 octobre à janvier 2012

Si les métropolitains embrassent souvent l’Outre-mer d’un seul regard, les ultra-marins ont un regard d’ailleurs et se voient chacun comme différent et unique. Les douze collectivités d'outre-mer que regroupe la République française ont en effet autant de spécificités que de points communs ! L’Outre-mer français n’est pas uniforme : la géographie, les populations, l’environnement régional, les statuts juridiques sont d’une grande richesse : celle de la diversité. C’est pourquoi on parle plus fréquemment des Outre-mer.


Les Outre-mer représentent, avec 2 millions six cent mille habitants, environ 4% de la population de la France (soit la population des villes de Paris et Nice réunies) répartie sur 120 397 km² auxquels il faut ajouter les 432 000 km² de la Terre Adélie peuplée seulement de… 250 scientifiques !
La richesse des Outre-mer est d’abord culturelle et naturelle. L’année de la biodiversité a permis de prendre conscience que la diversité naturelle exceptionnelle de la France se situe, pour l’essentiel, dans les Outre-mer.
Plus de 98% des espèces endémiques de vertébrés et 96 % des espèces endémiques de plantes vasculaires de France sont concentrés dans les Outre-mer, sur 22 % de la surface de la France.
Il y a par exemple 26 fois plus d’espèces endémiques de plantes vasculaires, 60 fois plus d’espèces endémiques d’oiseaux dans les Outre-mer que dans l’hexagone. Les écosystèmes naturels des Outre-mer font partie des « points chauds » de la biodiversité et sont considérés comme les zones les plus riches mais aussi les plus menacées de la planète. Donc, à mieux connaître pour mieux les préserver !
Le Muséum national d'Histoire naturelle a une longue tradition de recherches outre-mer dans tous les domaines de ses missions statutaires (collections, recherche, enseignement, diffusion, expertise). S’il n’a aujourd’hui qu’une antenne en Guyane, il traite et initie de nombreux sujets d’études, notamment les inventaires de biodiversité, dans toutes les collectivités d'Outre-mer. Au Jardin des Plantes, la serre de Nouvelle-Calédonie offre aux visiteurs un aperçu de la biodiversité de ce territoire. Un vaste champ de découvertes.

Les Outre-mer français (3 octobre-janvier 2012), exposition de photographies

L’exposition « Nature d’outre-mer » est le fruit de la volonté du Muséum de lancer une passerelle entre le monde culturel et naturel de ces collectivités d'outre-mer présentées à travers le regard de photographes, pour la plupart eux-mêmes ultra-marins.
Elle a été rendu possible grâce à l’aide active des délégués régionaux pour la recherche et la technologie de ces collectivités d'outre-mer et des organismes de recherches. Le Muséum souhaite faire également honneur à ces photographes en présentant leur parcours sur le site internet du Muséum.
Les clichés seront exposés dans le hall de l’auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution du 3 octobre 2011 à janvier 2012.

Des films :
- Reprise du palmarès du Festival International du Film documentaire Océanien - FIFO 2011 (à partir du lundi 3 octobre)
- Cycle de films Outre-mer (à partir du 21 novembre)

Une conférence « Outre mer » : Lundi 12 décembre - 18 h. Auditorium de la Grande Galerie de l’Evolution
Joël Jérémie, botaniste, professeur, département Milieux et Peuplements aquatiques, Muséum national d’Histoire naturelle ;
Pascale Joannot, déléguée à l’Outre-mer ; Muséum national d’Histoire naturel ;
Philippe Keith, ichtyologiste, professeur, département Milieux et Peuplements aquatiques, Muséum national d’Histoire naturelle (sous réserve)


Pierre Aimar
Mercredi 5 Octobre 2011
Lu 328 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter