Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Les Musicales Guil-Durance 2013. De Briançon à Guillestre en passant par l’Argentière-la-Bessée du 21 juillet au 13 août 2013

Grâce à l’association Arts et Musiques en Montagne, est né un jour de 1992 ce festival de musiques d’été. Depuis 20 ans, 400 concerts ont été organisés et plus de 20 000 festivaliers accueillis. Une réussite pour le pays, une victoire pour la musique qui sera plus accessible à tous dans les supports de communication grâce au braille et aux audio-décrits proposés.


Quatuor Debussy © DR
Quatuor Debussy © DR
Comme le montre son programme, ce festival Guil Durance qui éclate en divers lieux tout autour de Guillestre, entre Briançon, Gap et l’Italie et permet la découverte du patrimoine religieux, place une vaste zone géographique sous influence musicale au plein cœur de l’été, entre le 21 juillet et le 13 août.

Ouverture en folklore japonais et musiques sacrées le 21 juillet, avec l’ensemble Harmonia de Tokyo. A partir de cette date, le festival se déplace de ville en ville, Risoul le 23 pour un ensemble l’Estro Barocco dans Les délices de la solitude de Michel Corette, et les 25 et 26 juillet, les Quatuors Debussy et Elysée à Saint-Crépin et Guillestre.
Une place importante est accordée au piano et aux pianistes : François-Frédéric Guy à l’Argentière-la- Bessée qui célèbre en cette année anniversaire Franz Liszt et Wagner à la fois, et Beethoven à Guillestre ; quant à Marina Friedman et Gabriela Talrose elles proposent à l’Argentière un récital à quatre mains et La Pavane pour une infante défunte.
A Réotier, le Quatuor Voce, pour Mozart et Schubert, des spécialistes du genre, et à Ceillac, le 11 août, l’ensemble Convergences avec Romain Leleu à la trompette dans des œuvres très diverses : un concerto de Jean-Baptiste Neruda, des Airs anciens de Respighi, une Fantaisie sur un thème de la Norma de Bellini de Jean-Baptiste Arban.
A l’Argentière-la-Bessée c’est l’Orchestre de Chambre de la Nouvelle Europe qui intervient pour Grieg et Tchaïkovski mais aussi dans les Quatre saisons de Piazzolla.
Clôture de cette ballade tout en musique, près des torrents et prairies boisées, haut lieu de vacances et du tourisme de randonnée, dans cette contrée de montagnes et de charmants villages, avec le Trio Talweg et une voix, celle de Paul Radais, alto, interprétant Brahms et Mahler.
Jacqueline Aimar
Rens. 04 92 45 03 71


Pierre Aimar
Dimanche 9 Juin 2013
Lu 265 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 78





Inscription à la newsletter