Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Les Contamines-Montjoie. 15e festival de musique baroque au pays du Mont-Blanc, accueil baroque et musiques recueillies

Bien à l’abri de la fraîcheur après ce 15 juillet humide, dans la jolie église baroque de la Trinité, les spectateurs sont nombreux pour ce Bach is back où justement Bach n’est pas là, puisqu’il n’est pas encore né.


Ensemble Epsilon © Pierre Aimar
Ensemble Epsilon © Pierre Aimar
Mais ses prédécesseurs, Phinot, Gallus et surtout Schütz, présentés par un directeur artistique chevronné en la personne de Gérard Gelly, ont composé motets et psaumes qui vont faire l’essence de cette soirée intitulée Entre Renaissance et baroque, de Lyon à Dresde.

C’est ainsi que Dominique Phinot dont le nom est encore peu connu et qui a vécu de 1510 à 1560, a composé bien des motets dont certains à huit; et Jacobus Gallus (1550-1591) des Motets de l’Avent.
Le motet est cette forme musicale apparue au XIIIe siècle, à une ou plusieurs voix sans accompagnement musical et écrit à partir d’un texte religieux ou profane. Alors que le psaume est une prière poétique venue de la Bible, composée de plusieurs versets qui peut être plus ou moins laudatif, combatif ou repentant.

Ces œuvres étaient interprétées par l’Ensemble vocal et Instrumental Epsilon placé sous la direction précise et attentive de Maud Hamon-Loisance. Huit chanteurs accompagnés d’un orgue positif et d’une basse de viole intervenant en fin de concert. Saluons la délicatesse des voix bien dosées et leur pureté, leur coloris qui ont donné à ces musiques, dans le cadre intime de cette petite église dont les peintures bleues et or accentuent le côté précieux, un élan bien contemporain.

Tout cela assorti aux costumes d’époque, la présidente en marquise, le bel habit du trésorier, la bonne, humeur générale et le plaisir dégagés par ces soirées musicales.

Tout près de là, à Saint-Nicolas de Véroce, autre versant de la vallée, une autre église baroque se prête également à l’accueil des amateurs de musique et de chant baroques. Egalement, un musée de l’Art baroque, bienvenu dans la vallée explique les influences de l’art baroque turinois et ses caractéristiques.

Sans omettre l’accueil agréable de la station où on nous a fait place au chaud dans un petit restaurant, nous libérant à temps pour le concert ; et autre accueil, celui de ce gîte de Tresse, ses fameuses confitures du petit déjeuner et l’aimable sourire de ses hôtes qui nous ont appris bien des choses sur la station et la région.
Jacqueline Aimar

Téléchargement



Pierre Aimar
Lundi 6 Août 2012
Lu 417 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 78





Inscription à la newsletter