Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Les Carnets du Sous-Sol, l'Elysée Théâtre, Lyon, du 20 au 24 et du 26 au 30 novembre 2012 à 19h30

Les Carnets du sous-sol, c'est le journal intime d'un loser fielleux, vociférant, paranoïaque.
Mais ce soir-là, à cause d'un rien, d'un détail, de trois flocons de neige mouillée, quelque chose de singulier revient à la mémoire de l'homme du sous-sol.
Flash-back : commence alors le récit d'un dîner tragique, d'un amour empêché par la rumination du cerveau, d'une terrifiante descente aux enfers.


Cauchemard bouffon

Les Carnets du Sous-Sol, l'Elysée Théâtre, Lyon, du 20 au 24 et du 26 au 30 novembre 2012 à 19h30
d’après la nouvelle de Fédor Dostoïevski
mise en scène : Thierry Jolivet
Collectif La Meute

Les Carnets du sous-sol, c'est le journal intime d'un loser fielleux, vociférant, paranoïaque. Un homme hurlant désespérément à la lune, épuisé par sa propre détestation du monde, des hommes, de lui-même. Un homme qui se refuse à une époque qui le nie et qu'il ne comprend que trop bien.
Jadis, par la grâce d'un héritage inattendu, il a abandonné un poste de fonctionnaire médiocre, et s'est retiré pour dix ans dans la crasse de son sous-sol pétersbourgeois. Ne vivant plus rien qu'à travers la littérature misérable de ses mémoires, il consigne, dans l'amertume et la colère, l'échec de son existence.
Mais ce soir-là, à cause d'un rien, d'un détail, de trois flocons de neige mouillée, quelque chose de singulier revient à la mémoire de l'homme du sous-sol.
Flash-back : commence alors le récit d'un dîner tragique, d'un amour empêché par la rumination du cerveau, d'une terrifiante descente aux enfers.

Chez Dostoïevski, le tragique le dispute sans cesse à la bouffonnerie. La fable du sous-sol se joue précisément là, sur un fil tendu, en équilibre.
L’homme du sous-sol, c’est « celui par qui le scandale arrive ». Littéralement. Miroir grossissant du drame de nos vies, sa gesticulation nous révèle à nous-mêmes, sans manières, parce qu’elle est vertigineusement normale.
On en sort saisi, étreint, bouleversé.

avec Florian Bardet, Lucas Delesvaux, Quentin Gibelin, Jessica Jargot, François Jaulin, Nicolas Mollard et Marion Pellissier
son : Jean-Baptiste Cognet


Elysée
Jeudi 15 Novembre 2012
Lu 215 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter