Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



Les Baux de Provence - Musée Brayer : Henri Cartier-Bresson, l’Œil du siècle, du 5 juin au 28 septembre 2017

Ou l’imaginaire d’après nature.


L’œil précis et exigeant du photographe Henri Cartier-Bresson, a traversé ce XXe siècle, celui de l’image, d’histoires en Histoire. Et il a, au-delà du siècle qui passe, visité l’Afrique de 1910, croisé les républicains espagnols, rencontré Gandhi peu avant son assassinat, vu la libération de Paris et la victoire des communistes chinois.
Autre rôle du photographe : il a fixé les traits des hommes de son temps, Mauriac, et Sartre, Giacometti et Faulkner, Camus, Jean Renoir qu’il assista pour trois films. Et bien d’autres…

L’histoire du matériel photographique est aussi essentielle, la fin du tripode, le premier Krauss d’occasion que l’Afrique chaude et humide envahit de ses moisissures puis le premier Leica qui signifie la vocation définitive pour la photo.

Des voyages, des pays, des agences
Italie, Espagne, Maroc, Mexique… où il rencontre Diego Rivera et expose au Palacio de Bellas Artes. Vient la guerre et l’engagement : fait prisonnier, il s’évade et rejoint la résistance. Les photos se font alors plus dramatiques, Oradour sur Glane, prisonniers de guerre et déportés.
Il crée en 1947 l’agence Magnum Photos avec Robert Capa, David Seymour et George Rodger, sous forme de coopérative de photographes. Dès ce moment il se consacre entièrement au photo journalisme au travers de l’Orient, l’Inde, le Pakistan, le Cachemire et la Birmanie. Avant la Chine, l’URSS, le Japon et Cuba.

Il publie en 1970, Vive la France avec un texte de François Nourrissier.
Et comme il a toujours refusé de dissocier la peinture et la photographie, il se remet au dessin la même année. Puis se marie avec Martine Franck, elle aussi photographe. Avec leur fille Mélanie il crée en l’an 2000, la fondation Henri Cartier-Bresson, destinée à rassembler son œuvre et à accueillir d’autres artistes. Fondation reconnue d’utilité publique en 2002. Il meurt en 2004 en Provence.

« L’appareil photographique est pour moi un carnet de croquis, l’instrument de l’intuition et de la spontanéité, le maître de l’instant qui, en termes visuels, questionne et décide à la fois. Pour "signifier" le monde, il faut se sentir impliqué dans ce que l’on découpe à travers le viseur. »
Jacqueline Aimar

Brie, France, 1968 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos
Brie, France, 1968 © Henri Cartier-Bresson/Magnum Photos

Pratique

Du 5 juin au 28 septembre

Musée Yves Brayer
Place François Hérain
13520 Les Baux-de-Provence, France
yvesbrayer.com
+33 4 90 54 36 99



Lundi 5 Juin 2017
Lu 173 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 201





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément