Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Le Menteur, de Carlo Goldoni. Dans la magie du vigoureux théâtre de Goldoni, par Philippe Oualid

Composé en 1750, Le Menteur appartient à cette phase de l'activité réformatrice de Goldoni où les réminiscences des grands maîtres du théâtre français des XVIIème et XVIIIème siècles et les emprunts à la commedia dell' arte se mêlent à des éléments tirés de la réalité psychologique et sociale du milieu bourgeois vénitien.


Ayant assisté à Florence, en 1748, à une représentation du Menteur de Corneille dans une traduction fort mauvaise, Goldoni avait été frappé par le caractère de Dorante et avait aussitôt pensé à créer une nouvelle pièce qui serait susceptible de beaucoup plus de comique.Il place donc son menteur Lélio devant davantage d'épreuves difficiles à surmonter, pour mieux l'engluer dans ses propres mensonges, il en fait aussi une sorte de Dom Juan qui ment parce qu'il ne supporte pas sa réalité, mais il modifie le sens de la comédie par une résonance morale qui manquait totalement à celle de Corneille.Démasqué et accablé, le menteur, à la fin, se retrouve seul.
Inspiré par le cinéma néo-réaliste italien, Laurent Pelly a choisi de mettre en scène ce Menteur dans une société vénitienne des années cinquante, imprégnée de la mémoire des lazzi de la commedia dell'arte, de l'esprit des scapinades, et d'un style de jeu caricatural aussi chargé que celui de la tragi-comédie baroque.
Cinq comédiens excellent ici par leur capacité à maîtriser avec talent, plusieurs registres de voix et de comportement, ou à s'investir remarquablement dans leur personnage:Simon Abkarian(Lélio), Alain Pralon(Pantalon), Pierre Assedat(Le Docteur), Audrey Fleurot(Rosaura) et Jérôme Huguet(Octave) réjouissent le spectateur quand ils animent le plateau.
Enfin la scénographie de Chantal Thomas, avec ses grandes maquettes de maisons et de palais vénitiens, son tréteau sur la lagune, ses réverbères, participe intelligemment d'un spectacle inscrit dans le décor urbain traditionnel de la Comédie.
Dans l'ensemble, cette production du Théâtre National de Toulouse nous plonge avec bonheur dans la magie du vigoureux théâtre de Goldoni et rencontre en tournée un incontestable succès.
Philippe Oualid

LE MENTEUR de Carlo Goldoni
Mise en scène de Laurent Pelly
Production du Théâtre National de Toulouse
Marseille 16-28 Mars 2010.


pierre aimar
Mardi 23 Mars 2010
Lu 1194 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18










Inscription à la newsletter