Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Laurence Demaison, photographies, Galerie Esther Woerdehoff, Paris, du 30 janvier au 9 mars 2013

Depuis les années 1990, les photographies de Laurence Demaison contournent le genre de l’autoportrait pour en offrir une vision profondément originale, dans une oeuvre à la fois multiple et toujours extrêmement cohérente.


Laurence Demaison, Si j’avais su n° 2, 2010  Tirage argentique monté sur aluminium, 38 x 50 cm
Laurence Demaison, Si j’avais su n° 2, 2010 Tirage argentique monté sur aluminium, 38 x 50 cm
Si la représentation de soi reste pour de nombreux artistes un miroir qui sublime son auteur, les déformations que la photographe fait subir à son corps et à son visage renvoient au contraire à la création d’une altérité qui déroberait sa vraie image. Le Surréalisme jette un oeil par la porte et les titres donnés aux séries rappellent avec humour que tout est inventé. La représentation du corps est source d’un long travail d’expérimentation où l’artiste met à profit les possibilités techniques de la photographie argentique, jouant sur le temps de pose, le flou, le contraste ou le négatif, pour créer des images fascinantes et singulières.

« Utiliser ma carcasse détestée comme sujet aurait été inconcevable si je n’avais ressenti tant de malaise de par la simple présence des modèles qui ont accompagné mes premiers pas photographiques. Dommage, parce qu’il aurait été plus facile de projeter mes désirs sur des corps que je trouvais très beaux ; tant mieux, car trop évident, trop confortable, peut-être. Entre l’horreur de ma chair et celle du regard des autres, j’ai choisi le plus gérable. Cette alternative m’a contrainte à m’aventurer dans des recherches dont la seule issue était de disparaître, tout au moins d’être autre chose, mais c’est pareil. » Laurence Demaison

Dans Sous vide, comme pour ses séries précédentes, il s’agit d’autoportraits. La tête dans un sac plastique, dans une séance de pose proche de la performance, Laurence Demaison fait le vide et fait paradoxalement apparaître son visage, masque mortuaire sculptural dans une violence seulement atténuée par l’esthétique de la photographie, camaïeu subtil de gris, d’ombre et de brillance.

Depuis 2010, Laurence Demaison sort du territoire de l’autoportrait en s’autorisant l’assistance d’un mannequin. Cette figure anonyme et inanimée lui permet de franchir le miroir et d’appréhender enfin la prise de vue de l’autre côté de l’objectif. Sa série la plus récente, Noires Soeurs, dissimule ainsi cet alter ego sous un voile, statue oubliée, raide comme la Justice ou comme le pleurant d’un tombeau médiéval. Les différents tissus qui recouvrent cette femme assise apportent des effets d’ombre et de lumière pleinement photographiques. Cette émotion masquée frappe par sa présence plastique et s’offre librement à l’interprétation du spectateur.

La série Si j’avais su pousse l’humour noir jusqu’aux retranchements de nos peurs en présentant des bébés, poupées “reborn” d’un réalisme effrayant, que la photographe fait poser dans un jeu morbide. Noyade dans un bocal, défenestration, immolation ou mort lente, la photographe met en scène les suicides de ces “bébés” par tous les procédés imaginables, allant jusqu’à reprendre en clin d’oeil les poses de certaines de ses propres séries photographiques. Cette série de douze images fait l’objet d’une édition en coffret-objet, pièce unique d’une artiste qui depuis quelques années s’exprime également par le dessin et la sculpture.

Galerie Esther Woerdehoff
36 rue Falguière
75015 Paris - France
Tel : +33 09 51 51 24 50
mar. - sam. 14h - 18h
www.ewgalerie.com
galerie@ewgalerie.com


Pierre Aimar
Samedi 19 Janvier 2013
Lu 263 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter