Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




"La présence russe à Menton", expositions du 9 décembre 2016 au 4 février 2017 à Menton

Deux expositions à Hôtel d’Adhémar de Lantagnac et au Centre hospitalier La Palmosa


 "La présence russe à Menton", expositions du 9 décembre 2016 au 4 février 2017 à Menton

Exposition Icones à l'Hôtel d’Adhémar de Lantagnac du 10 décembre 2016 au 4 février 2017

Le terme « icône » a pour origine le mot grec « Eikon », signifiant « image du Dieu invisible ». Fenêtre entre le monde visible et invisible, les icônes suscitent l’émerveillement et la dévotion, élevant l’esprit des fidèles. L’art de l’icône est un genre pictural né durant le Haut Moyen-Age, de nature religieuse par ses thèmes et ses sujets, cultuelle par sa signification. Il se développe à partir du Ve siècle sur les territoires de l’empire byzantin et dans les régions qui adoptent la forme orientale du christianisme : l’orthodoxie. L’icône est une image sainte, représentant le lien entre le monde divin et le monde terrestre, par la prière. L’artiste doit savoir s’effacer au profit de son œuvre et du sujet traité. Par conséquent, il se doit de reproduire et de respecter les canons iconographiques établis par les autorités religieuses. Réalisées à l’encaustique puis a tempera, ces images pieuses font l’objet d’une vénération dans la religion orthodoxe. En collaboration avec Ewa Broggini, artiste passionnée, le service du Patrimoine vous propose une découverte de la technique et de l’esthétisme de cet art millénaire.
Ewa Broggini est née en 1948 en Pologne. Elle y entreprend des études afin de devenir pilote de ligne mais est contrainte de les abandonner. Après quelques années d’études de géomètre, elle a l’occasion de venir en France en 1973 et gère pendant dix ans aux côtés de son mari un hôtel en Principauté de Monaco.
Depuis plus de quinze ans, Ewa Broggini laisse libre cours à sa passion et à son talent pour la peinture et l’iconographie. L’artiste utilise principalement des pigments naturels et de la feuille d’or. Ses peintures symboliques sont conçues sur support en bois. Avec une cinquantaine d’œuvres à son actif, Ewa Broggini aime varier les thèmes, entre le classique byzantin, russe et les représentations païennes.
A travers cette exposition, l’artiste laisse entrevoir également une nouvelle facette de ses talents avec quelques peintures de courtisanes japonaises, au charme subtil, sur le modèle des estampes, comme une célébration de la beauté féminine.

Hôtel d’Adhémar de Lantagnac
24 rue Saint-Michel
Tél 04 92 10 97 10
Point d’information, exposition temporaire, librairie, carterie
Du mardi au samedi sauf jours fériés de 10h à 12h30 et de 14h à 18h
Entrée libre et gratuite


La communauté Russe à Menton, exposition au Centre hospitalier La Palmosa, du 9 décembre 2016 au 9 juin 2017

La communauté russe commence à fréquenter la ville dès les années 1860, grâce à l’arrivée du train. Elle est constituée principalement de riches propriétaires et de membres de la noblesse, qui cherchent un lieu de villégiature calme et apaisé, contrastant avec Nice, plus animée, en proie aux mondanités. La motivation première de cette société aisée est la douceur du climat mentonnais, dont la réputation sur les bienfaits auprès des maladies pulmonaires n’est plus à faire. Cependant, l’état de santé de ces hivernants s’aggrave bien souvent et nombre de décès sont recensés. Ce phénomène peut expliquer la place importante occupée par le clergé orthodoxe à Menton, essentiel pour le soutien aux malades et la création d’une Société de Secours Mutuel. De cette dernière naîtront la Maison Russe, l’Eglise Russe, le carré russe et la chapelle dépositoire du Cimetière du Vieux-Château.
Des personnalités importantes de cette colonie sont présentées, telles que l’écrivain Vladimir Nabokov qui séjourne à Menton en 1937, le dissident politique proche du marxisme Anatole Lounatcharski, la grande-duchesse Alexandrovna, sœur du tsar Nicolas II ou encore l’amiral Grigorovitch, dernier ministre de la marine du tsar, au destin étonnant.
Grâce à cette exposition organisée par le service du Patrimoine, intéressez-vous au parcours de vie de familles russes, revivez les grandes heures de ces hôtes, simples ou illustres, qui ont marqué de leur empreinte l’histoire de Menton.

Centre hospitalier La Palmosa,
2 rue Antoine Péglion
Tous les jours de 10h à 12h30 et de 14h à 18h



Pierre Aimar
Lundi 5 Décembre 2016
Lu 142 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter