Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




La galerie Joseph Antonin présente Immersions sensibles, au Palais de l’Archevêché, Arles, exposition du 11 février au 18 mars 2017

Dans le cadre de Femmes en mouvement (ville d’Arles) et du réseau arles contemporain


Arto Pazat (France)
Arto Pazat (France)

19 artistes internationaux de l'art contemporain exposent

Claude Chuzel, Douce Hollebecq, Marie Docher, Sajede Sharifi, Guillaume Flageul, Maria Machatova, Cécile Hug, Arto Pazat, Mayliss Zpira, Lukas Zpira, Karine Degiorgis, Jean-Pierre Maurin, Jérôme Avraham Benarroch, Melanie Fontaine, Alyz Tale, Estelle Fenech, Charity Thomas, Stéphanie Gerbaud, Wendy Vachal...

Pour sa quatrième édition dans le cadre de la manifestation Des Femmes en Mouvement (ville d'Arles), la galerie Joseph Antonin présentera du 11 février au 18 mars 2017 au Palais de l'Archevêché, Arles, une exposition sur la temporalité de l'intime, conçue autour du concept de mémoire et de recollection sensible.

IMMERSIONS SENSIBLES met en avant ce qu'il en est aujourd'hui d'une minorité résistante de et dans l'art contemporain (hors d'une visée uniquement spéculative et marchande, contre une perspective par définition uniformisante), impliquée à contrario dans un processus intense et foisonnant d'exploration du sens, à la croisée des chemins, des lignes de tension, qui mènent de l'introspection poétique, méditative, à l'actualisation d'un réel enfoui, souterrain.

Cette introspection poétique, méditative, a pour but de témoigner de la richesse d'être (toujours) humain, c'est à dire connecté à un espace vivant et pour autant intime : notions évidemment au-delà du genre et de la détermination individuelle du sexe, concepts sensibles qui privilégient à la fois le mode instinctif et la réflexion - humain éclaté et recueilli dans un "en-soi", dans un "je" qui serait à l'écoute de l'actuel et de l'universel. Ce réel enfoui, souterrain, nous parle quant à lui de positionnement vis à vis du trouble et de l'inquiétance, de beauté et d'énigme, de deuil et de sanctuaire apprivoisé, de rituels visuels et d'incantations sauvages -dites magiques-, de fièvre et de pacification, d'images et de miroirs, de symbolique et d'adoration.

Dans un monde qui devient l'espace d'une domination de l’individu par des forces de destruction et d'asservissement sans limite, dans un univers sans repère autre que les lois de la barbarie grandissante, du chaos et de la cruauté, qui mieux que l'artiste peut encore nous restituer la puissance et la force de ce lien qui aurait été celui d'une interaction absolue entre "nous" et le "monde", entre l'"intérieur" et l'"extérieur", entre l'esprit et la matière, le visible et l'infini ?

L'exposition joue avec l'espace traversant, circulant, du palais de l'archevêché afin de créer un parcours immersif et
réflexif en 6 axes, répartis sur 6 pièces sensitives :

● temps-poétique
● temps-actuel
● temps-mémoire
● temps-symbolique
● temps-imaginaire
● temps-énigme

L'interrogation du pluriel du féminin, au cœur toujours de cette édition, sera le fil rouge et la thématique sous-jacente de ces démarches esthétiques, sélectionnées au travers de leur diversité et singularité, de la richesse du dialogue et de la portée des questions qu'elles suscitent.
Clémentine Feuillet, commissaire d’exposition / novembre 2016

Pratique



Pierre Aimar
Jeudi 29 Décembre 2016
Lu 289 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter