Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« La Grande Guerre des musiciens »

L’orchestre de chambre d’Alsace «La Follia» commémore le centenaire de la première guerre mondiale


« La Follia, Orchestre de Chambre d’Alsace », propose à l’occasion du centenaire de la Première Guerre Mondiale un spectacle unique, pluridisciplinaire et vivant qui plonge le spectateur au cœur des tranchées, aux côtés des combattants et des musiciens de toute l’Europe. Ce spectacle est labellisé par « la Mission du Centenaire » (Comité de labellisation de la « Mission du Centenaire 14-18 » - centenaire.org
Un projet artistique fort et unique : des musiciens, un récitant et des projections photos et vidéo permettent de découvrir ou redécouvrir des œuvres littéraires et des œuvres musicales variées composées durant la Grande Guerre.

La musique


La musique est le cœur du projet avec douze œuvres (ou extraits d’œuvres) interprétées par l’orchestre au complet ou en quatuor, toutes composées par des musiciens concernés par la Grande Guerre : de Claude Debussy à Maurice Ravel, en passant par Arnold Schönberg, Fritz Kreisler, Albert Roussel, Ralph Vaughan Williams, Paul Hindemith, Lucien Durosoir ou Arnold Trowell… Compositeurs allemands, français ou d’autres nationalités, au-delà des tranchées et des conflits, donnent ainsi à entendre un message universel, celui de la musique et de la paix. Notons également que le compositeur alsacien Jean-Jacques Werner a également créé une œuvre originale pour cet évènement. Intitulée « Pierre et Paul », elle évoque les destins croisés de jeunes Français et Allemands, pris dans l’horreur des combats.

La littérature


La programmation littéraire s’articule autour d’un fil rouge : L’œuvre de Maurice GENEVOIX, mobilisé puis blessé dès le début de la Guerre, dont les écrits (« Ceux de 14 », « Sous Verdun », « La Mort de près »...) sont des témoignages fondamentaux de cette période. En écho, le très célèbre livre de Erich Maria Remarque « A l’Ouest rien de nouveau » fait entendre la voix des combattant allemands.

Projections


La projection d’images est un soutien fort à la musique et au texte : photos de compositeurs, de la vie quotidienne pendant la guerre, reproductions de cartes postales d’époque, françaises et allemandes, gravures et peintures inspirées par les tranchées et de divers documents inédits.

Un spectacle soutenu par des partenaires institutionnels


Depuis les débuts de sa production, « La Grande Guerre des Musiciens » a recueilli les soutiens de partenaires institutionnels (Mission du Centenaire, Ministère de la Défense, labels 14-18 régionaux...), qui témoignent de l’originalité et de la valeur du projet : porté par un orchestre issu d’une région de conflits européen (œuvres musicales et littéraires de toute l’Europe), trilingue (français-allemand-anglais), multimédia (musique-textes-images), traitant d’un sujet méconnu et apportant un nouvel éclairage sur cette période, cet ambitieux spectacle provoque un intérêt vif dans le monde de l’Histoire et de la culture.
Sur le plan pédagogique, les classes de collèges-lycées peuvent soit recevoir les musiciens et le récitant pour préparer sur un plan littéraire et/ou musical l’audition du concert, soit participer directement aux répétitions ou à la générale.
Il existe aussi un « Café-Histoire », c'est-à-dire une conférence illustrée d’images et d’extraits musicaux. « Mon violon m’a sauvé la vie » est animée par Luc Durosoir, auteur de l’ouvrage « Deux Musiciens dans la Grande Guerre » (Editions Tallandier) et fils du violoniste Lucien Duroisoir.

Alain Carré comme récitant
 et Hugues Borsarello au violon

Ce spectacle musical est réalisé en collaboration avec Alain Carré, en tant que récitant. Comédien-metteur en scène, Alain Carré est directeur artistique du théâtre Les Salons à Genève depuis le 1er janvier 2011. En tant que professeur, il a donné plus de quinze années de formations à Bruxelles, Mons, Liège, Annecy et Genève.

Hugues Borsarello au violon solo et à la direction musicale

Après un premier Prix au CNR de Paris, Hugues Borsarello s’est ensuite perfectionné au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Depuis 2009, il est violon solo et directeur artistique de l’orchestre de chambre La Follia. Il joue un violon de Michele Deconet, Venise 1777.

La Follia, orchestre né en alsace


« La Follia » est un orchestre né en Alsace, au cœur d’un territoire façonné par trois guerres successives : héritière d’une Histoire dense et bouleversante, elle souhaite faire œuvre de mémoire en mettant en lumière les œuvres de l’esprit des hommes de cette époque. La Follia, qui s’est produit plus de 2000 fois en concert, a créé plus de 30 œuvres et son importante discographie a été couronnée par le « Grand Prix de l’Académie du Disque lyrique » et le « Grand Prix de la SACEM » pour son enregistrement du Stabat Mater de Boccherini.

En savoir plus : www.la-follia.org
La prochaine prestation aura lieu à Nancy – Salle Poirel – le 17 mars 2014.

Vous pouvez consulter les dates déjà confirmées sur le site Internet : www.la-follia.org/la-grande-guerre-des-musiciens/


Pierre Aimar
Jeudi 6 Mars 2014
Lu 105 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 78





Inscription à la newsletter