Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




La Danse du Diable avec Philippe Caubère, théâtre Zinga Zanga, Béziers, le 31 janvier 2014

Reprise historique d'une histoire comique et fantastique écrite et mise en scène et jouée par Philippe Caubère


La Danse du Diable avec Philippe Caubère, théâtre Zinga Zanga, Béziers, le 31 janvier 2014
La Danse du Diable évoque autant qu’elle raconte, car c’est un spectacle comique mais « fantastique » aussi, c’est à dire poétique, l’enfance et l’adolescence d’un enfant du pays, Ferdinand Faure, double de l’auteur, dans les années 50 à 70.
Les Chartreux, Saint-Louis, Le Parc Borély, jusqu’au Château de Picasso à Vauvenargues, les « décors » en sont connus ! De Gaulle, Sartre, Mauriac, Malraux, Johnny, Lucien Jeunesse, Gaston Defferre, François Billoux, « Souliounoutchine », tout le monde sera au rendez-vous !

La Danse du Diable est surtout le portrait de Claudine Gautier, mère de l’auteur et de son double imaginaire, qui mène tout le monde et surtout le récit, jusqu’à la représentation elle-même, sous sa férule impitoyable, son imagination débordante et son intarissable bagout. On verra que l’histoire était plus triste qu’on n’aurait pu l’imaginer d’abord, quand on aura compris que cette logorrhée joyeuse n’était que la course à perdre haleine contre la seule ennemie qui finit par gagner : la mort.

Il y a quelques années, 1984 exactement, j’avais eu la chance d’assister au Théâtre du Châtelet à la « reprise » par Jean Babilée du célébrissime ballet de Roland Petit, ce grand Marseillais : Le jeune homme et la mort. Babilée avait alors 62 ans, mon âge d’aujourd’hui. Quand il a créé ce ballet en 1946, il en avait 23. Mon émotion fut si forte que je me suis juré qu’un jour, à ma manière, je relèverais le défi et tenterais de faire avec ma propre oeuvre le même bond dans le temps. Et que j’essaierais d’arracher aux années, au déclin, à la mort, cette part sacrée : la jeunesse.
Mais comme je suis superstitieux et que le défi, physique et mental, est réel, je lui dédie ces soirées.
A Jean Babilée.
Philippe Caubère

Informations pratiques

Vendredi 31 janvier 2014 - 20h30
Salle Zinga Zanga
Traverse de Colombiers - Montfloures
34500 Béziers


Pierre Aimar
Jeudi 9 Janvier 2014
Lu 180 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter