Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




La Comédie de Valence et le mouvement des intermittents, par Richard Brunel

Depuis plusieurs semaines, les intermittents ont fait part de leur opposition à la convention signée le 22 mars entre le MEDEF, la CFDT, FO et la CFTC, dénonçant des mesures qui aggravent les inégalités, paupérisent les intermittents et augmentent le coût de l’emploi dans un contexte de fortes réductions des budgets culturels.


Le Printemps des comédiens est en grève depuis le 3 juin, Uzès danse vient d’être annulé. Face au silence du gouvernement, Richard Brunel et La Comédie de Valence ont décidé de montré leur solidarité au mouvement et de manifester à leur tour leur opposition à la convention.

Ils vont envoyer le courrier (ci-dessous) à tous leurs spectateurs en les invitant notamment à prendre part à la journée de mobilisation nationale de ce lundi 16 juin.
Les intermittents en grève de Folimage organisent un pique-nique de 14h à 16h et ils convient le public à les rejoindre. Ils leur donnent rendez-vous également les 17 et 18 juin.

Les 2 prochaines semaines risquent d’être déterminantes, puisque la convention est censée être votée le 28 juin.

Chères spectatrices, Chers spectateurs,

Les idées reçues les plus grossières circulent ces jours-­‐ci sur le monde de la culture en  général  et  sur  le  régime  de  l’intermittence  en  particulier.  Disons-­‐le  tout  net,  la  convention négociée le 22 mars par certains partenaires sociaux, sourds aux propositions  d’économies  les  mieux  fondées,  obéit  à  une  logique  doublement  désastreuse : elle casse la dynamique d’emploi d’un secteur remarquablement actif en y aggravant les injustices.

Il  est  intolérable  que,  non  content  de  poursuivre  la  mise  en  coupe  réglée  du  plus  petit budget de l’Etat, le gouvernement envisage d’agréer pareille hérésie économique et sociale pour un secteur qui contribue 7 fois plus au produit intérieur français que l'industrie automobile. En quatre ans, l’emploi a par exemple augmenté de 30 % à La Comédie de Valence. Le développement de nos productions, vendues la saison prochaine à 70 théâtres a permis la création de 13 emplois. Indissociable du régime de l’intermittence, cette économie est fragile. En la cassant, on casse autant le rêve des spectateurs que l’outil de production de ses acteurs.

La lutte contre cette logique de paupérisation et de récession, je n’envisage pas de la conduire sans vous, spectatrices et spectateurs, multiples partenaires de nos petites entreprises artistiques.

Le lundi 16 juin de 12h à 14h, nous vous invitons à participer avec nous à la mobilisation générale en venant pique-­‐niquer avec les intermittents en grève à la Cartoucherie (Bourg-­lès-­Valence).

Le mardi 17 juin à 20 h, nous mettons La Fabrique à la disposition de la « Coordination chômeurs précaires intermittents intérimaires Drôme Ardèche » pour une réunion d’information. Des spécialistes répondront en détail à toutes les questions que vous vous posez sur le régime et sa réforme. (80 avenue Maurice Faure à Valence).

Le 18 juin à 20 h à La Comédie, je compte sur votre présence, non seulement pour assister à la présentation de saison, mais pour accomplir un geste commun, fort et solidaire en direction des pouvoirs publics et des partenaires sociaux. (Place Charles Huguenel)
A suivre !
Richard Brunel


Pierre Aimar
Dimanche 15 Juin 2014
Lu 79 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 82





Inscription à la newsletter