Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)



La Cerisaie, d'Anton Tchekhov, au Théâtre Toursky, Marseille, 13 et 14 mars 2015 à 20h

A l'occasion de la 20e Édition du Festival Russe, La Cerisaie sera jouée deux soirs. Le spectacle suivi d'une soirée cabaret russe à l'Espace Léo Ferré par les artistes de la troupe de Kazan


© DR
© DR
« Ma petite femme merveilleuse, aujourd’hui je me sens mieux…
Je regarde déjà furieusement mon manuscrit. J’écris et dès que j’aurai fini
je te préviendrai par télégramme. Le dernier acte sera gai.
Du reste, toute la pièce est gaie et légère… On dira que je ne suis plus profond… »

Lettre de Tchekhov à Olga Knipper, son épouse

Le grand retour de Slavoutski au Toursky

Après Les Fourberies de Scapin, les Œufs fatidiques, La Dame de Pique, Le violon sur le toit, Gloumov, Alexandre Slavoutski nous revient avec le chef d’œuvre de Tchekhov.

Une comédie qui vire parfois à la farce…

Lioubov Andreïevna, une femme usée par un mari ivrogne et la noyade de son jeune enfant, fuit ce passé trop douloureux. Elle s’exile donc en France en compagnie d’un amant inconséquent et tyrannique. Cinq ans plus tard, de retour dans sa terre natale, elle est accueillie par toute sa famille, ses amis, ses voisins, un vieux majordome. Elle retrouve avec ravissement son domaine et sa magnifique cerisaie qui lui rappellent l’âge d’or de son enfance. Rien ne semble avoir changé. Pourtant, dans une Russie de la fin du XIXe siècle en pleine mutation socio-économique, Lioubov est à présent ruinée et doit faire face à une terrible réalité : il faut vendre la cerisaie et c’est à Lopakhine, fils de moujik émancipé, qu’elle reviendra.

Dans une lettre du 20 octobre 1903, le metteur en scène Constantin Stanislavki, qui créa La cerisaie avec le Théâtre d’Art de Moscou, s’opposa vivement à Tchekhov lui-même : i[« Ce n’est ni une comédie, ni une farce, comme vous l’avez noté, c’est une tragédie […] La pièce vous empoigne immédiatement […]. J’ai pleuré comme une femme. Je vous entends dire : permettez, c’est tout de même une farce… Non, pour un homme ordinaire, c’est une tragédie. »]i
Pourquoi Tchekhov a-t-il appelé comédie, le drame que constitue la perte d’une maison, d’une cerisaie, d’une famille ? C’est à cette question obsédante que le metteur en scène Alexandre Slavoutski et le Théâtre de Kazan répondent d’une façon éblouissante.

Les hôtes de la cerisaie s’amusent comme des enfants dans un bac à sable. L’orchestre joue, la musique résonne, la danse fait rage. Les costumes aux couleurs vives, composés de plumes et de taffetas irisés révèlent la nature carnavalesque de saltimbanques égarés dans le temps. Une farce de fête foraine où règne l’insouciance par crainte du lendemain…
Une comédie, pas de doute.

Le Théâtre Académique dramatique d'État Russe de Kazan a été régulièrement invité depuis la deuxième édition. Il a toujours été plébiscité par la presse et le public.

Distribution

Mise en scène : Alexandre Slavoutski
Direction artistique : Alexandre Patrakov
Costumes : Natalia Palchkova, Alexandre Patrakov
Chorégraphie : Sergueï Sentiabov
Musique originale : Astor Piazzolla, Tom Waits
Direction musicale : Ilia Slavoutski
Avec : Svetlana Romanova Lioubov Andreïevna Ranevskaïa, propriétaire terrienne, Aliona Kozlova Ania, sa fille, Nadejda Echkileva Varia, sa fille adoptive, Guennadi Prytkov Leonid Andreïevitch Gaïev, son frère, et Ilia Petrov, Ilia Slavoutski, Mikhaïl Galitski, Elena Rachina, Marat Golubev, Xenia Khramova, Vladimir Mazour, Maxime Koudriachov, Igor Skidanov, Ilia Skriabine, Alexeï Zakharov, Lilia Sysoïeva
Les musiciens : Boulat Touktamychev, Nazar Touktamychev, Rouslan Kamalov, Evgueni Stein-Miller

Pratique

Durée : 2 h 05 avec entracte
Réservations au 0 820 300 033 ou 04 91 02 58 35
Tarifs de 3 à 27 euros
Possibilités d’abonnements sur 2 ou 3 ou 4 spectacles pour le Festival Russe.
Pass Cinéma de 2 à 7 séances.
Cabaret+ Repas+ 1 boisson : 22 euros
Cabaret+ 1 boisson : 10 euros


Pierre Aimar
Jeudi 5 Mars 2015
Lu 171 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 83





Inscription à la newsletter







Un Ovni dans le ciel d'Arles...



Venise ? Ici ou ailleurs ?

Venise ? Ici ou ailleurs ?


Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément

Ardèche. La tour à eau de Gilles Clément