Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




L'ivresse du scat sous le ciel étoilé de Saint-Paul-Trois-Châteaux. Parfum de jazz 2015 dans la Drôme

Voilà des soirées jazz comme on les aime. Tout s’enchaine allègrement, les musiques se succèdent sur un bon tempo, la bonne humeur est de mise sur scène comme dans le public.



Et, ce qui ne gâte rien, le mercure est bloqué sur 28° ! La place de la mairie de Saint-Paul-Trois-Châteaux accueille plus de 500 spectateurs et les bénévoles du festival Parfum de Jazz guident avec le sourire chacun vers sa place.
Que la fête commence !

Elle commence par une belle surprise avec Anne Sila accompagnée par le Magnetic Orchestra. Ce petit bout de femme arbore une sensationnelle coiffure aux cheveux coupés très courts et une superbe robe longue au plissage surprenant.
A peine en scène, elle se lance dans un impressionnant scat histoire de placer la barre bien haut. Et elle y grimpe très haut dans un défoulement jubilatoire. Un vrai feu d’artifice d’onomatopées hachées menues et qui enchante un public séduit d’avance.
Anne Sila chante avec les tripes, se jette sans limite dans la joie de chanter le jazz. Ca se voit, ça s’entend, ça tripatouille la corde de l’émotion.
Bravo.

Après une pause buvette, la deuxième partie de soirée est lancée par le Ronald Baker quintet. Baker, trompettiste et chanteur (et vice-versa), est sur scène pour le plaisir, se faire plaisir, faire plaisir au public. C’est agréable de voir de jeunes artistes décontractés et heureux de vivre. La routine, ce n’est pas pour lui. Ni pour sa formation composée de professionnels qui ont de la bouteille et jouent également pour le plaisir de jouer.
Après une entrée en matière magistrale, Ronald Baker invite Michele Hendricks à partager un moment de bonheur musical. La dame du scat ne se fait pas prier et participe à l’office avec passion. Sur scène c’est la joie où se mêlent trompette, saxo (excellent Jean-Jacques Taïeb), vocal, piano, contrebasse et drums.

Feu d’artifice, disiez-vous ? Il eut lieu avec tous les musiciens et chanteurs de la soirée pour un bœuf sympa auquel s’est joint le trompettiste Alain Brunet (et directeur artistique du festival).
Il ne manquait qu’une chose, n’en déplaise à M. Evin, les volutes de fumées des cigarettes qui emplissaient les boîtes à jazz d’antan. Tant pis ou tant mieux, nous ne mourrons plus malades, mais en bonne santé.
Pierre Aimar

Anne Sila accompagnée par le Magnetic Orchestra  © Pierre Aimar
Anne Sila accompagnée par le Magnetic Orchestra © Pierre Aimar


Pierre Aimar
Samedi 22 Août 2015
Lu 602 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 26










Inscription à la newsletter