Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




L’éveil d’une nation, l’art a l’aube de la Tunisie moderne (1837-1881), palais Qsar es-Saïd,Tunis, du 27 novembre 2016 au 27 février 2017

Exposition temporaire organisée conjointement par la Fondation Rambourg Tunisie l’Institut National du Patrimoine et le ministère des Affaires Culturelles de Tunisie. Commissaire général : Ridha Moumni Scénographie : Agence Dzeta


L’éveil d’une nation, l’art a l’aube de la Tunisie moderne (1837-1881), palais Qsar es-Saïd,Tunis, du 27 novembre 2016 au 27 février 2017
Pour commémorer le soixantième anniversaire de l’Indépendance et le cinquième anniversaire de la Révolution, la Fondation Rambourg, l’Institut National du Patrimoine et le ministère des Affaires Culturelles de Tunisie organisent l’exposition L’éveil d’une nation, L’art à l’aube de la Tunisie moderne (1837-1881).
Celle-ci apportera un regard inédit sur la période des grandes réformes qui a marqué le XIXe siècle. Sous l’impulsion d’une nouvelle classe dirigeante, cette époque méconnue a pourtant vu naître la Tunisie moderne.
Des avancées socio-culturelles sans précédent ont marqué l’histoire nationale de façon irréversible et ont vu ap- paraître les premiers textes de droit constitutionnel instaurant l’égalité de droit et la liberté de culte en chaque citoyen tunisien, à l’image du Dostour de 1861, première constitution du monde arabe et musulman.

L’éveil d’une nation présentera près de trois cents œuvres et objets - toiles historiques, manuscrits, dessins, médailles, costumes d’époque.
Suivant un parcours chronologique, les œuvres et les documents d’archives, dont les textes fondateurs de l’Etat tunisien, témoigneront de ces bouleversements historiques.

Dans une période de quête identitaire et de recherche de référents, témoigner de façon objective de cette période charnière permettra d’initier un important travail de mémoire afin d’enrichir le débat contemporain.

Situé à quelques centaines de mètres du musée du Bardo, le Palais Qsar es-Saïd qui accueillera l’événement ouvrira ses portes pour la première fois au public. Ce palais chargé d’histoire fut la dernière demeure des beys de la Tuni- sie ottomane jusqu’à l’avènement du protectorat français. Dans un de ses salons, fut signé le traité du Bardo en 1881. Orné de somptueux décors italianisants et arabo-andalous, ce palais témoigne d’une nouvelle ère d’ouverture sur le monde.

L’exposition bénéficiera pour l’occasion de prêts exceptionnels de l’Institut National du Patrimoine, des Archives Nationales de Tunisie, de la Bibliothèque Nationale de Tunisie, du Lella Hadria Museum, de la Ville de Marseille – Service des Bibliothèques, du ministère de la Culture et de la Sauvegarde du Patrimoine, et de collections parti- culières.




Pierre Aimar
Lundi 7 Novembre 2016
Lu 168 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter