Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




L’Internationale des Visionnaires, exposition à La Coopérative – Collection Cérès Franco, Montolieu (Aude), du 29 avril au 5 novembre 2017

Pour sa troisième saison, La Coopérative – Collection Cérès Franco donne carte blanche au commissaire d’exposition Jean- Hubert Martin qui, avec l’exposition « L’Internationale des Visionnaires », a choisi, au sein de la collection Cérès Franco, près de deux cent quatre-vingts œuvres complétées par plusieurs pièces provenant de la collection Daniel Cordier.
Il nous propose de les découvrir d’une manière ludique grâce à un parcours donnant la primauté à la spontanéité du regard.


L’Internationale des Visionnaires, exposition à La Coopérative – Collection Cérès Franco, Montolieu (Aude), du 29 avril au 5 novembre 2017

Commissariat : Jean-Hubert Martin

Clin d’œil facétieux au chant révolutionnaire, le titre de l’exposition rappelle le caractère cosmopolite et éclectique de cette collection constituée par Cérès Franco. En effet, lorsque la collectionneuse brésilienne ouvre sa galerie L’Œil de Bœuf à Paris en 1972, c’est dans un climat de guerre froide que la capitale voit affluer des artistes chassés par les régimes communistes ou les dictatures.

Venus d’Europe, d’Asie ou bien encore d’Amérique latine, ils trouvent alors à Paris un lieu où pouvoir s’exprimer en toute liberté. « La galerie de L’Œil de Bœuf était une ruche où se mêlaient des artistes du monde entier. Cérès Franco en était la reine, écrit Jean-Hubert Martin. Des peintres d’origines les plus diverses se retrouvaient là autour de cette infatigable animatrice d’un havre de liberté créative. Là s’élaboraient les idées neuves et audacieuses sur une peinture qui s’attachait à représenter l’homme, ses plaisirs, ses tourments et ses violences. »

Le regard avant toute chose
Partant du principe que le regard a trop longtemps été délaissé au profit de la connaissance historique, jusqu’à oublier les œuvres elles-mêmes, cette exposition privilégie une approche plus vagabonde, invitant le visiteur à mettre son sens de l’observation en éveil et à se poser la question suivante : « Que voit- on ? ». Avec une méthode qui s’apparente à celle d’un jeu de dominos ou à la structure d’une comptine, l’accrochage se présente comme une longue suite où chaque œuvre dépend de la précédente et annonce la suivante, par un jeu d’affinités thématiques ou formelles.

De petits ensembles monographiques (Chaïbia, Roman Cieslewicz, Manuel Mendive, Hoyo…) viennent ponctuer l’exposition. Eloignée d’un ordonnancement muséal classique, cette logique associative et dé-cloisonnante, où les sujets s’enchaînent sans obéir à des critères historiques, se rapprocherait plutôt de celle d’une collection privée, où époques et genres se mêlent bien volontiers, reflet d’un goût pluriel et évolutif. Ici, nul besoin de connaissances en histoire de l’art ; cette exposition, où se côtoient sans hiérarchie, artistes célèbres et parfaits inconnus, se veut ouverte à tous et repose avant tout sur les œuvres et le regard actif de qui veut bien se prêter au jeu des différences et des ressemblances.

Des œuvres et des objets de curiosité provenant de la donation Daniel Cordier, galeriste et collectionneur, en dépôt depuis 1999 aux Abattoirs de Toulouse, viendront compléter l’accrochage. Des peintures de Dado, Combas, Friedrich Schröder-Sonnenstern ou encore des poupées de Nedjar entreront ainsi en résonance avec les œuvres de la collection de Cérès Franco. Ce prêt permet aussi d’établir des rapprochements intéressants entre ces deux collections désormais implantées sur le territoire régional.

Dans le prolongement de l’exposition, un riche programme d’activités (animations, rencontres, ateliers en présence d’artistes) a été élaboré afin de sensibiliser le public à différents aspects de la collection. Des ateliers et des visites-conférences ciblent plus particulièrement les scolaires et périscolaires de la région Occitanie.
Vernissage public le samedi 29 avril 2017

Un livret de l’exposition sera publié à l’occasion.


Jean-Hubert Martin

Né en 1944, Jean-Hubert Martin est historien d’art de formation et fut notamment conservateur au Centre Pompidou à sa création. Directeur de grandes institutions muséales comme le Musée national d’art moderne Centre Pompidou, le Museum Kunst Palast de Düsseldorf ou la Kunsthalle de Berne, il a organisé de nombreuses expositions de référence, telles Magiciens de la terre, au concept novateur qui questionnent les relations entre les œuvres. En 2016, il assure le commissariat de l’exposition Carambolages au Grand Palais à Paris.
Animé par une curiosité pour les expressions visuelles, il lui tient à cœur de faire dialoguer les créations du monde entier et de toutes les époques

Pratique

La Coopérative – Collection Cérès Franco
5, route d’Alzonne
11170 Montolieu
+ 33 (0)4 68 76 12 54
info@collectionceresfranco.com
www.collectionceresfranco.com
Horaires d’ouverture
Ouvert du 29 avril au 5 novembre 2017
Tous les jours sauf lundi
De 14h à 19h
Ouverture exceptionnelle les lundis fériés


Pierre Aimar
Jeudi 30 Mars 2017
Lu 187 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 196



Inscription à la newsletter