Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Jusqu'en novembre 2010, La Galerie FH ouvre ses portes aux artistes nomades, Grignan, Drôme

D’avril à novembre Francoise Houze expose aux côtés de Mohamed Aboul Naga : Egyptiens tous deux, peintres plasticiens ils investissent l'espace de la galerie au 4 grand rue à Grignan aux pieds du château du Comte de Grignan


Françoise Houze

Jusqu'en novembre 2010, La Galerie FH ouvre ses portes aux artistes nomades, Grignan, Drôme
Découvrir le jardin secret de l'artiste à travers ses œuvres n'est pas chose aisée ni but vraiment recherché.
La personnalité très forte de Françoise Houze se ressent à travers la symphonie picturale dont les formes, les couleurs, les lumières sont les artisans d'une musique qui enchante.
Abondance d'œuvres de très grand format (2,40mx1,60m…), toiles libres, sans châssis, accrochées sur des murs blancs,de pierres ou dehors …de la matière au signe, ces œuvres parlent au toucher autant qu'à la vue..
Françoise Houze attache une importance essentielle au "support", la toile sur laquelle elle va appliquer ses couleurs est tout d'abord travaillée, pétrie, enduite, découpée, rapiécée, on y trouve des superpositions de diverses toiles, collées, accrochées…. Les couleurs sont également travaillées, toutes les techniques sont utilisées à l'exception d'une peinture toute prête , avec une prédilection pour le " gesso " utilisé non plus comme enduit mais comme couleur: un blanc mat au relief envoûtant. L'artiste est attentive à la lumière, la matière, la peinture pure qu'elle va transformer et au résultat du mélange des teintures.
La méthode de préparation revêt un caractère particulier, presque un rite: il s'agit tout d'abord, d'un face à face puis d'une osmose avec le support qui va être utilisé, l'artiste caresse la toile, la touche, s'en imprègne comme pour mieux la connaître, mieux l'apprivoiser, elle lui fait peur. La rencontre est tout à fait physique, sensuelle entre le peintre et le matériau sur lequel elle va appuyer son œuvre
Vient ensuite l'application de la peinture: une technique très personnelle, jamais de chevalet Françoise Houze pose à même le sol ses grands formats et étale ensuite ses couleurs, debout, à genoux, assise…le travail, gestuel au début, devient ensuite plus intime, le chaos est dominé par la connaissance technique et l'artiste entre dans un état de plaisir créatif qui est le propre même de ses compositions
Les couleurs sont précieuses et mettent en évidence le caractère largement intuitif de ses choix en matière de lignes, elles sont étalées par bandes, par secteurs bien définis, la toile se construit au fil des cheminements visuels, l'espace est diffracté, le fond est en perpétuel mouvement, il ne cesse de rejaillir vers l'avant par un jeu de tâches, des points forts…La déclinaison des bleus parfois bordés d'or est caractéristique de la peinture de Françoise Houze. Elle souligne ses couleurs, les met en évidence dans des formes géométriques aux contours souvent flous ( carrés, rectangles, essentiellement), une géométrie désordonnée mais équilibrée, qui place en évidence la facture de l'artiste et met en valeur la finesse de la pâte colorée, sa transparence.
Le contraste entre la matière lisse et des substances plus épaisses, granuleuses, insérées dans des espaces définis de façon imprécise mais apparente donne à l'œuvre un aspect de " non finito" sur lequel l'artiste semble pouvoir intervenir sans cesse, retoucher, remodeler, rajouter….
Dans un autre type d'œuvres qu'elle présente comme des livres de grand format qu'on aimerait feuilleter et qui pourraient être posés sur un lutrin, les feuillets sont placés les uns sur les autres, enveloppés dans un fragment d'étoffe. La conception optique du travail est ici soulignée par une écriture personnelle tracée , grattée, la toile semble repassée à la chaux puis réécrite, mais à demi effacée, presque illisible …on découvre quelques fragments de mots , néo palimpsestes?? les couleurs sont ici plus foncées, des bistres bordés de doré , des parchemins sur lesquels le temps a posé sa marque, a effacé les paroles ( secrets? Symboles?.non dit ? questionnement sur le temps qui passe? pérennité? Anti-pérennité?.)
Talent, technique, passion…M.F . CALLOT

Courte biographie Mohamed Abouelnaga :

Est un artiste multidisciplinaire, professeur d'art, conservateur et développeur. Tout au long de sa carrière diversifiée, il a créé des projets artistiques ou il a assumé sa responsabilité envers sa communauté .Il introduit une nouvelle génération de jeunes artistes grâce à son enseignement, ses ateliers et de ses pratiques multiples. Egyptien, né dans la ville de Tanta, Abouelnaga étudie l'art et a reçu son doctorat en philosophie de l'art en 1997. Il est le premier artiste du Moyen-Orient à recevoir une subvention de la Fondation du Japon pour étudier les arts de la fabrication du papier. Au cours des deux décennies, Abouelnaga participe à plusieurs événements en solo en Égypte et dans le monde entier tant dans la peinture, la vidéo et l installation. Il a également représenté l'Égypte à la Biennale de Venise 2002 et a reçu le premier prix de la Biennale d'Alexandrie en 2001. Comme conservateur, il a créé en 2002 a la biennale du livre d’artiste à la Bibliothèque d'Alexandrie, intitulée "Imaginer le livre". En 2009, il a été affecté au poste de conservateur de la Biennale d’Alexandrie pour les 25 pays de la Méditerranée qui a eu lieu pour la première fois en décembre 2009. Abouelnaga fonde Elnafeza pour Contemporary Art & Développement où il se met à la pratique de la fabrication de papier, matériel adapté pour son projet d’environnement brut. Il est également membre d'Ashoka, l'association mondiale des entrepreneurs sociaux, leaders du monde. En 2007, Newsweek nomme Abouelnaga comme l'un des 100 entrepreneurs qui peuvent changer le monde. Il a été également nommé ambassadeur culturel de bonne volonté pour l'Afrique par le Président du Sénégal. SHERIF AWAD


GALERIE F;H
Mercredi 14 Juillet 2010
Lu 710 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter