Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Jusqu'en février, Totems d'Oc ! L'extraordinaire transhumance au Musée du Biterrois, Béziers

L’exposition présentée au Musée du Biterrois depuis le 23 novembre et jusqu'au 12 février 2011 regroupe 30 animaux totémiques et 16 chevalets d'Occitanie. Une présentation ludique et documentée, des couleurs et une ambiance qui ravivent l'esprit de nos traditions populaires. De quoi ravir petits et grands !


Chameau de Béziers (Lou Camel) © DR
Chameau de Béziers (Lou Camel) © DR
Héritiers du bestiaire fabuleux que s’est créé l’humanité depuis des siècles, les animaux totémiques sont porteurs d’une identité culturelle forte (l’Unesco a d'ailleurs jugé bon de les classer au patrimoine mondial de l’humanité). Tradition, patrimoine, cohésion sociale... autant d'axes forts qui font vibrer les racines de chacun à l'heure de la mondialisation.
Alors, il faut le dire tout de suite : l'exposition vaut très très largement le détour, pour les petits comme les grands. Signe de succès, les visites scolaires sont d'ailleurs "surbookées".
C’est le plus grand rassemblement d'animaux totémiques jamais organisé pour une durée aussi longue ! Autant dire qu'il s'en passe des choses, dans les espaces d'exposition du Musée du Biterrois. « Toute l'équipe s'est retroussée les manches. Trouver une place nécessaire pour chaque Totem, déplacer les animaux, les mettre en scène, il y avait vraiment la volonté de porter un regard nouveau sur ce patrimoine » explique Peggy Albert. «Le travail s'est révélé si passionnant que nous avons même décidé de construire notre propre Totem, celui du Musée, que nous baptisé la Chimère, et qui reprend un élément de chacun des autres animaux totémiques présentés ici !» Lo Locas

30 animaux totémiques, 16 chevalets d'Occitanie... le choix des animaux exposés s'est porté uniquement sur ceux de facture traditionnelle, c'est à dire portés (ou roulés), et non tirés sur un char. Et parmi les visiteurs, chacun a sa "bébête" préférée.
Lou Camel de Béziers, qui trône à l'entrée, est bien évidemment indéboulonnable. Mais il y a également les adorateurs du Coucaïrous de Saussan qui fait un tabac, accompagné de sa charmante Coucaïrette d'épouse et du turbulent Coucaïrou Pitchou. Les curieux se pressent aussi autour de la Loche de Nizas. Particularité de la Loche : il n’y a pas de légende concernant sa création.
Elle illustre davantage le côté éponyme des totems. Selon son panneau d'identification, il semble que les habitants de Nizas aient d'ailleurs été surnommés par leurs voisins lo locas, à cause de leur nonchalance, comparable aux habitudes de ce poisson qui foisonnait dans la rivière Boyne, et qui se laisse tomber au fond du lit de la rivière pour y dormir le jour et y folâtrer la nuit ! En 1990, redécouvrant cet escais-nom, les gens de Nizas s’empressèrent de créer un poisson totémique, en souvenir de celui qui avait valu à leurs ancêtres cette qualification…
Tout a été répertorié, classé, archivé. Le Drac de la Salvetat ou le Tarsque de Tarascon impressionnent les plus jeunes. Eux aussi : mis en fiches, à la fois ludiques et pédagogiques à destination du public pour chaque animal. « Une somme impressionnante de données en textes, photos et musique » observe Serge Boyer.
Pas étonnant dès lors que la nouvelle édition des Cahiers du Musée du Biterrois soit un "spécial" Animaux totémiques ! «Souhaitons que cette manifestation permette au plus grand nombre de découvrir ou de retrouver ce patrimoine, et qu'elle puisse faire prendre conscience aux visiteurs de la richesse et de la diversité de nos traditions populaires, afin que celles-ci continuent à se transmettre et à nous faire avancer... » Et pour ceux qui souhaitent emporter un souvenir (Noël n'est pas loin), il y a même des représentations d'animaux totémiques miniatures mises en vente à l'entrée du Musée !

Un peu d'histoire

Les premières villes de la région à posséder des "animaux-jupons" furent Béziers avec son Chameau, Pézénas avec son Poulain, et Gignac avec son Âne. Elles avaient pour point commun de les faire sortir le Jeudi de l’Ascension, pour la fête de la Caritat – de la Charité, puisque c’était l’occasion d’une grande distribution de pain aux pauvres – interrompue partout avec la Révolution. Très rapidement, les dates de sorties se multiplieront. Le Totem apparaît dans maints cortèges, fêtes locales, exhibé comme l'un des plus anciens symboles de la ville.

Au cours des siècles, d'autres animaux apparaissent dans les villages le long de la vallée de l'Hérault. De forme, taille et poids variés et variables, il s'agit le plus souvent de constructions faites en bois, recouvertes d'une toile colorée, à l'intérieur de laquelle se placent des porteurs pour faire avancer l'animal-totem. Le nombre de porteurs varie selon la taille de la structure; ils peuvent être jusqu'à 12 hommes à porter l'animal et à le faire danser. Le plus souvent, la tête est mobile et animée par l’un des porteurs, qui fait claquer la mâchoire de l’animal, de façon humoristique ou agressive…

Renseignements au 04 67 36 81 61


pierre aimar
Lundi 22 Novembre 2010
Lu 2183 fois


Commentaires articles

1.Posté par latitudes-francophones le 29/11/2010 16:15
Inauguration et muséographie excellentes... exposition à voir !!!

2.Posté par Pujo le 16/03/2011 13:32
Voir la visite et les commentaires du chanteur JOANDA sur cette expo remarquable !
http://www.politique-actu.com/actualite/totems-extraordinaire-transhumance-beziers-2011-visite-avec-joanda/226372/

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter