Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Jusqu'au 31 décembre 2010. Chopin Européen au Musée-Hôtel Bertrand de Châteauroux

« Il n'est ni polonais, ni français, ni allemand. Il descend du pays de Mozart, de Raphaël, de Goethe... » H. Heine.


Frédéric Chopin est né en 1810 dans une Pologne déchirée entre les grandes puissances d'alors, Russie,
Prusse, Autriche, qui font souffrir à ce pays de nombreuses invasions et humiliations. Le jeune Frédéric Chopin, dont les talents éblouissent ses professeurs et le public de Varsovie, se sent vite à l’étroit dans une société où tout épanouissement est difficile.
C’est pourquoi, dès 1829, sa famille, ses amis lui proposent un destin Européen. Lui qui déjà était français de moitié, par son père, allait continuer le rêve de découverte de ce dernier, qui avait quitté la
Lorraine à la fin du XVIIIème siècle.
Il visitera d’abord l’Allemagne et l’Autriche. La musique, langage universel est le plus sûr des passeports.
Chopin le sait bien ! Il en fait d’ailleurs non seulement un sauf-conduit personnel, mais aussi une tribune ouverte où la Pologne meurtrie pleure bien souvent sa peine. Car, lors des soulèvements de 1830, les Polonais écrasés par le Tzar Nicolas Ier sont réprimés si durement qu’une nuit semble tomber sur tout le pays.
Alors tout est scellé : Chopin est européen, et préfigure à sa manière, en musique, les représentants en exil des pays opprimés. Partout il cherche à retrouver ses racines, ses amis, mais partout aussi il subjugue avec l’urgence inquiète et fiévreuse d’un homme malade qui sent confusément que ses
jours seront courts.
Il va en Espagne, à Majorque, visite le sud de la France et l’Italie, s’établit à Paris, vit dans le Berry de George Sand, et finalement en 1848, fait un ultime voyage en Angleterre à Londres, en Ecosse et à Manchester, avant de rentrer, terrassé par la phtisie à Paris.
S’il y meurt en 1849, son destin de voyageur ne s’arrête pas là. Ses amis allemands, Schumann et Liszt particulièrement à Weimar, continuent de faire entendre sa parole, et bientôt c’est l’Amérique – rêve seulement entrevu par Chopin – qui s’approprie tous les talents de la vieille Europe pour fonder le sien propre.

Musée Hôtel Bertrand à Châteauroux
2, rue Descente des Cordeliers
Jusqu'au 31 décembre 2010


pierre aimar
Vendredi 30 Juillet 2010
Lu 554 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter