Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




José María Sert, le Titan à l’œuvre (1874-1945), Petit Palais, Paris, du 8 mars au 8 juillet 2012

L’exposition José María Sert, le Titan à l’œuvre (1874-1945) propose de révéler l’art et la personnalité d’un grand peintre injustement méconnu du public français. Il s’agit aussi de présenter la méthode de travail de Sert et à travers celle-ci sa volonté esthétique et sa pensée de l’Art.


José María Sert, La maraichère © Frédéric Roig
José María Sert, La maraichère © Frédéric Roig
L’atelier (et son organisation) est le fil conducteur qui permet de brosser le portrait d’un artiste controversé. Personnalité incontournable de son époque, Sert se lia d’amitié avec les créateurs, les intellectuels et les grands mondains les plus divers : musiciens (Albéniz, Stravinsky, Debussy), artistes (Degas, Denis, Picasso), écrivains (Cocteau, Claudel, Proust), hommes politiques (Berthelot, Cambó) et personnalités en vue (Diaghilev, Chanel) faisaient partie de son cercle de proches.

Ce contexte historique et esthétique foisonnant sera transmis grâce à la présentation d’œuvres majeures, d’un ensemble remarquable de photographies de travail, de maquettes et de films. Depuis celle de 1926, au Jeu de Paume, aucune exposition de cette ampleur ne lui a été consacrée à Paris.

L’exposition montrera l’évolution des positions artistiques de cet artiste unanimement admiré à son époque : le jeune Sert d’avant guerre (l’artiste inconnu, mais très doué, et ses premières commandes), la Première Guerre mondiale, les années 1920, le succès du décor de la cathédrale de Vic, les commandes publiques internationales (Rockefeller Center à New York) et la « machine Sert », les dernières années et l’engagement politique. Œuvre publique et privée sont clairement distingués, afin de mettre l’accent sur la singularité d’une pratique artistique qui a marqué son temps.

« L’art perd le dernier représentant de la grande Peinture »,

écrit Paul Claudel dans Le Figaro du 14 décembre 1945, à la mort de son ami José María Sert. La monumentalité de son oeuvre et la puissance de sa personnalité ont fait de Sert un artiste unanimement admiré à son époque. Le Petit Palais propose de le redécouvrir. J.M.Sert, le Titan à l’oeuvre (1874-1945) ouvre les portes de son atelier, pour montrer la force de son art et l’originalité de sa méthode.

Peintre décorateur, Sert est inlassablement en quête de commandes et travaille pour des personnalités du monde économique et politique, d’abord à Paris, puis en Europe et en Amérique. Il se confronte, par cette proximité, aux méandres de son époque et fait des choix politiques controversés. Il est un « baroque moderne », pétri de références à la grande tradition mais revendiquant l’actualité de son art. L’atelier est le fil conducteur de cette exposition qui permet de brosser le portrait d’un artiste aujourd’hui méconnu. Il s’agit d’une approche inédite, qui veut rendre compréhensible une méthode de création originale et rigoureuse. Un décor fini, exceptionnellement reconstitué, côtoie ainsi environ 120 œuvres (des panneaux autonomes de taille monumentale, des esquisses, des photographies de travail et des maquettes). Documents et photographies privés permettront au visiteur de découvrir les secrets d’un atelier. Cette exposition ambitieuse entend redonner sa place dans l’histoire de l’art à l’une des figures « parisiennes » de l’art international du siècle.

Pratique

Petit Palais
Musée des Beaux-Arts
de la Ville de Paris
Avenue Winston Churchill
75008 Paris
Tél. : 01 53 43 40 00
Ouvert tous les jours, de 10h à 18h
sauf les lundis et jours fériés.
Nocturne les jeudis jusqu’à 20h
www.petitpalais.paris.fr


Pierre Aimar
Mercredi 28 Décembre 2011
Lu 662 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter