Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Jean Zay, Théâtre Debussy – Palais des Festivals et des Congrès, Cannes, samedi 11 Janvier 2014 – 20h30

Un spectacle hommage qui raconte l’histoire de cet homme qui a changé le destin de Cannes, en créant, entre autres, le Festival International du Film.


Jean Zay est incarcéré. Il écrit Souvenirs et Solitude, exutoire à la captivité, au « poids de la solitude », comme il sait si bien le dire. Nous le suivons dans une succession de flash back, évocation de son parcours politique, de son quotidien de prisonnier et de ses rêveries, celles qui lui permettent de rester un esprit libre malgré les temps sombres.

Différents personnages viennent hanter son univers, autant de visages d’une période convulsive où tout se mêle. D’abord, un gardien de prison, ancien de 14, attentiste et fidèle au Maréchal que nous suivons jusqu’au bout, jusqu’à l’effondrement de ses convictions. Puis, l’homme de vichy, ce riche industriel membre de la Cagoule à l’analyse froide et inaltérable, et un jeune milicien, dont le parcours va de l’errance à la surenchère fatale. Ces rencontres, mélange d’univers, d’idées, d’êtres, sont éclairées par le regard contemporain d’une jeune femme. Une jeune femme d’aujourd’hui qui, au-delà de la mémoire intime et familiale qu’elle porte, témoigne de l’atermoiement de l’histoire, observatrice de son cours pendant, mai aussi après Jean Zay.

Car il ne s’agit pas de tomber dans la caricature ou le manichéisme exacerbé d’une société qui, à chaque époque, cherche les « coupables » : chaque personnage porte son humanité à bout de bras, agissant par « conviction », se laissant guider par celle-ci. Et c’est bien là que le trouble s’installe : ce que le spectateur ressent avec force au fil de la pièce, au fil des mots, c’est la confusion des consciences, lui faisant entrevoir par effet miroir ses propres contradictions, sa propre perception du monde, évoluant de « souvenirs » en « solitude », celle de la rétrospection.
Zay résiste, son humanisme n’est pas de façade. Zay croit en l’homme. Mais Zay sait surtout conserver la « juste distance », celle qui permet d’éviter la brûlure la plus rapprochée du soleil, si chère à René Char.

Ecriture : Raymond Vinciguerra et Jean-Manuel Bertrand
Mise en scène et scénographie : Raymond Vinciguerra
Avec Michel Grisoni, Nancy Madiou, Michel Panier, Philippe Séjourné, Mathieu Tanguy

Intentions de mise en scène

« Créer une pièce de théâtre inspirée de la vie et de l’oeuvre littéraire et politique de Jean Zay permet de réhabiliter la mémoire d’un personnage historique humaniste, quasiment effacé aujourd’hui de l’histoire collective, qui incarne la résistance pacifique face à un régime d’oppression. Ce regard sur le passé est une nécessaire vigilance face à une certaine anesthésie des consciences. Montrer l’injustice qui a touché un homme, interroger notre société actuelle et en faire résonner les dangers pour éviter que l’histoire ne bégaie...Le devoir de mémoire: se souvenir pour ne pas reproduire…
Malgré la fin tragique de la vie du personnage, la soif de liberté de Jean Zay reste éperdue ; sa confiance dans l’humain, qu’il ne cesse de ressentir même dans les moments les plus difficiles de son incarcération, réveille une véritable conscience de soi et des autres. Jean Zay ne sera pas le seul personnage de la pièce. Nous y croiserons différents parcours troubles : l’homme de Vichy (ancien de «la cagoule», pétainiste et collaborateur, industriel avisé), un jeune milicien et sa lente progression vers un extrémisme radical, un gardien de prison (ancien de 14, entre suivisme et doutes), enfin, une jeune femme d’aujourd’hui qui interroge la mémoire de ces temps complexes aux plaies pas toujours refermées…
Il s’agira de toucher à la fois la conscience collective et individuelle de chacun. »
Raymond Vinciguerra.

Informations pratiques

Palais des Festivals et des Congrès - Direction de l’Evénementiel
La Croisette CS 30051 - 06414 CANNES Cedex
Tél. : 04 92 99 84 00

TARIFS :
Public 22€ / Réduit 18€ / Enfant 10€
Billetterie ouverte du lundi au samedi (sauf jours fériés) de 10h à 18h et 1h avant chaque représentation sur le lieu du spectacle.
Tél. : 04 92 98 62 77 - billetterie@palaisdesfestivals.com
www.palaisdesfestivals.com


Pierre Aimar
Samedi 11 Janvier 2014
Lu 66 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 81










Inscription à la newsletter