Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« Jean Ferrat, le chant d’un révolté », par Robert Belleret, éditions de l’Archipel

Le 13 mars 2010 Jean Ferrat est entré dans la légende. Mais c’est son histoire, vie et œuvre mêlées, que Robert Belleret raconte ici comme il l’avait fait en écrivant la biographie de référence de Léo Ferré (Une vie d’artiste, Actes Sud, 1996).


« Jean Ferrat, le chant d’un révolté », par Robert Belleret, éditions de l’Archipel
En suivant la trajectoire de Jean Tenenbaum, devenu Ferrat, l’un des artistes les plus populaires du dernier demi-siècle, il n’a laissé dans l’ombre aucune époque, du cocon familial de Versailles à l’épanouissement festif d’Antraigues -en passant par Paris et Ivry -, ni aucune facette d’une personnalité complexe. Réservé, voire secret, Jean des colères et des émerveillements, artiste engagé et parfois enragé, contre l’injustice, le formatage des esprits, le star-system, le cynisme des possédants et l’arrogance des puissants, était aussi un hédoniste qui aimait rire et jouer. Plus qu’on ne le pense…
Sur la déportation à Auschwitz de son père, Mnacha, son vécu de l’Occupation, ses années d’apprenti-étudiant en chimie, la galère des cabarets, l’épopée du chanteur de music-hall, censuré à la télévision mais plébiscité par l’audimat, le compagnon de route, critique, des communistes ; l’auteur, qui avait interviewé Ferrat, dévoile témoignages et documents inédits.

Comment l’obscur gratteur de guitare est-il devenu l’auteur et mélodiste inspiré de « Nuit et brouillard », « La Montagne », « Camarade », « Ma France » et quelques 200 chansons inoubliables ? Comment l’homme fragile a-t-il affronté les tensions de la scène ? A quel point a-t-il été influencé par Aragon, son maître à vibrer -dont il adapta trente-deux poèmes- et quelles singulières correspondances le reliaient au poète dont la vie tumultueuse épousa celle du siècle ? Pourquoi n’a-t-il jamais foulé la terre russe de ses ancêtres ni avant ni après avoir tiré « Le Bilan » du stalinisme ? Quel fut son quotidien, au côté de Christine Sèvres, interprète éblouissante mais femme déchirée ? Comment trouva-t-il la quiétude et l’amour, auprès de Colette, sa seconde épouse, en s’inventant des bonheurs simples dans son Ardèche d’adoption et… d’élection ? Autant de questions auxquelles répond cette exigeante biographie d’un homme debout et fraternel.

Robert Belleret

Né en décembre 1946 à Asnières (92), Robert Belleret a débuté dans le journalisme en 1970 au Progrès de Lyon, avant de rejoindre Le Monde en 1986. Reporter puis grand reporter jusqu’en 2008, il a réalisé des enquêtes dans des domaines très divers, couvert l’actualité sur les points chauds de la planète et signé de nombreux grands portraits de personnalités et d’artistes.
Il est l’auteur de Léo Ferré, une vie d'artiste (Actes Sud, 1996, 2003, 30 000 exemplaires vendus) et de trois récits autobiographiques, publiés chez Sabine Wespieser : Les Bruyères de Bécon (2002), Sixties (2004), Faits Divers (2007).

« Jean Ferrat, le chant d’un révolté »
Robert Belleret
Editions de l’Archipel
462 pages – 22 €
En librairie le 2 mars 2011


Pierre Aimar
Mardi 1 Mars 2011
Lu 1831 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 27










Inscription à la newsletter