Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Jean Charles Blais, du 17 mars au 9 juin 2013 au Musée Picasso d'Antibes

Jean Charles Blais est arrivé sur la scène artistique au début des années 1980, à un moment où la réapparition de la peinture en Europe se manifestait en France avec un groupe d’artistes réunis sous la bannière de la Figuration libre, soit par le retour à une tradition picturale.


Patrons, 1993, toile de laine découpée, 280 × 350 cm, collection particulière Photo © François Fernandez / © Adagp Paris, 2013
Patrons, 1993, toile de laine découpée, 280 × 350 cm, collection particulière Photo © François Fernandez / © Adagp Paris, 2013
Dans ce contexte, il a proposé d’emblée une oeuvre essentiellement intuitive qui, depuis trois décennies, s’est développée avec un appétit permanent pour de nouveaux dispositifs et des propositions visuelles toujours renouvelées.

L’exposition du musée Picasso propose, dans une lecture à rebours, en partant des plus récentes productions de l’artiste, de parcourir ce processus créatif fait davantage de glissements que de ruptures, d’improvisations que de programmes, d’une salle à l’autre, d’une forme à l’autre, dans la superposition ou au contraire l’évidement, convoquant, pour toujours mieux l’éluder, la question de la figuration ou de la narration et celle aussi, déjà et immédiatement, de la dématérialisation, avec l’utilisation des affiches arrachées qui allaient, quelques années plus tard, se transformer en tableaux dépecés.

Cette mise en morceaux de choses légères, transparentes, diaphanes donna naissance à des pièces fantomatiques que la série, en 1997-1998, des « Sur mesure », à la mesure de rien, tenta d’incarner dans une forme ressemblant à des vêtements, tout en pointant subtilement la différence entre anatomie et représentation du corps, comme, quelques années plus tôt, les « grands bazars » peints sur les affiches déchirées montraient la distance entre image et figure, lorsque de toutes petites têtes énigmatiques se trouvaient fixées sur des corps de géants, avec une volonté de déjouer le sujet du tableau en le ridiculisant par sa forme monstrueusement grotesque qui fonctionnait – l’artiste le rappelle dans l’entretien qui suit – un piège à sens interprétatif, volubile, mais ne menant finalement nulle part.

L’image numérique permit ensuite à Jean Charles Blais de poursuivre la recherche du comment de l’apparition des formes, en produisant des oeuvres qui n’existent que par leur consultation, sans format définitif, avec une grande économie de moyens et d’interprétations par laquelle l’effet sensoriel de la peinture devient assez minime, avant qu’en 2007 une commande à point nommé lui fît reprendre les pinceaux, les ciseaux et les papiers pour porter un nouveau regard sur la notion de modèle, à travers le répertoire singulier de l’opéra, libérant le bonheur déclenchant des images partagées et des récits déjà construits.
Jean-Louis Andral

Château Grimaldi
06600 Antibes
T. +33 (0)4 92 90 54 26/20
Fermé le lundi
10.00 – 12.00 et 14.00 – 18.00


Pierre Aimar
Lundi 18 Février 2013
Lu 421 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter