Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




«Jazz, jour et nuit», Guy Le Querrec / Magnum Photos, centre d’art contemporain Francheville (Grand Lyon), du 12 mai au 13 juillet 2012

Guy Le Querrec est un maître de la photographie, membre de la prestigieuse agence Magnum Photo, observateur privilégié des grands musiciens et grands moments du Jazz.


Miles Davis ©   Guy Le Querrec / Miles Davis. Festival «Jazz sur son 31». Toulouse. 1987.
Miles Davis © Guy Le Querrec / Miles Davis. Festival «Jazz sur son 31». Toulouse. 1987.
Pour la première fois dans la Métropole et en Rhône-Alpes, le Fort du Bruissin présente deux de ses plus belles expositions sur le monde du jazz qu’il fréquente depuis les années 60 ; “Jazz, jour et nuit”, 55 photographies dévoilant la vie des plus grands musiciens de jazz et la plus récente concernant exclusivement “Miles Davis”. Le « griot » du jazz dont les photographies sont une forme déterminante de la patrimonialisation du jazz tend un miroir à la famille du jazz tout en lui proposant une narration singulière.

«Être jazz c’est avant tout une manière de vivre, de se promener sur le fil du hasard pour attraper une étoile filante, une façon d’aller à la rencontre d’un imaginaire qui contient toujours l’improvisation, la curiosité, qui oblige à écouter les autres, à les voir, à être disponible pour mieux les raconter en manifestant sa propre poésie.» (Guy Le Querrec)

«Jazz, jour et nuit» est un des deux événements de coopération culturelle, avec la résidence de Tigran Hamasyan, entre Jazz à Vienne et Fort en Jazz. Ils sont soutenus dans le cadre de la résonance jazz du Pôle Métropolitain qui comprend le Grand Lyon, Saint-Étienne Métropole, la Communauté d’Agglomération Portes de l’Isère (CAPI) et ViennAgglo.

Les expositions

«Miles Davis»
Cette exposition coproduite par la médiathèque Carré d’Art de Nîmes et le Festival «Jazz à Nîmes» comprend huit photographies majeures du musicien, prises à l’occasion de concerts. Guy Le Querrec était encore amateur quand il photographie pour la première fois Miles Davis. C’était le jeudi 1er octobre 1964, à la Salle Pleyel à Paris. Il va le retrouver à plusieurs reprises dans son viseur, côté scène et côté coulisse (aéroports, hôtels, loges), notamment le jeudi 19 juillet 1984 au 9ème International Jazz Festival de Nîmes.
Miles Davis n’a pas échappé à son objectif, dont ses plus beaux portraits sont issus.

«Jazz, jour et nuit»
Cette exposition se présente comme une chronique régulière et dense du monde du jazz qu’il fréquente depuis les années 1960 : Art Blakey, Miles Davis, Thelonious Monk... Elle est construite suivant cinq thématiques : plaisir de jouer et les amis (complicité, jeux de scène, être habité par le jazz), les musiciens en tournée (les aéroports et les gares, les bagages), les répétitions (la solitude, le réglage des instruments, répéter n’importe où), la concentration avant et pendant le concert (le stress, le soutien des amis), le concert (les formations, les lieux et leur environnement).
En effet, ce qui intéresse Guy Le Querrec ce n’est pas simplement la musique mais aussi tout ce qui se passe autour du musicien : le contexte, le décor... On voit ainsi transparaître le talent de celui qui a su parfois se faire très discret pour saisir des instants de vie, faits parfois d’inquiétude et de solitude, des instants partagés avec les amis ou emportés dans la frénésie des concerts.
L’exposition est réalisée en collaboration avec Magum Photos.

Le Fort du Bruissin
Edifié après la guerre de 1870 par le Général Seré de Rivières, appelé le «Vauban du XIXème siècle», le Fort du Bruissin appartient au système de défense de la frontière Est de la France et tout particulièrement de la ville de Lyon. Ce fort enterré de plus 3000 m² s’inscrit dans un espace boisé de 10 ha. Après une réhabilitation menée par la Ville de Francheville en
partenariat avec l’Etat, la Région Rhône-Alpes et le Département du Rhône, il accueille depuis 2008 un centre d’art contemporain.

Pratique

Fort du Bruissin
centre d’art contemporain de Francheville
Chemin du Château d’eau
69340 Francheville

vendredi, samedi et dimanche de 14h à 18h - Entrée libre
Accès : bus ligne C20E directe Bellecour/Francheville-Findez l voiture : direction Francheville le Haut
Renseignements : 04 72 13 71 00 l www.mairie-francheville69.fr
Service des publics : Delphine Baudras, médiatrice I 04 72 13 71 00 I fortdubruissin@mairie-francheville69.fr


Pierre Aimar
Vendredi 23 Mars 2012
Lu 1254 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter