Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




« Il était une fois l’Orient-Express », Institut du monde arabe, Paris, du 4 avril au 31 août 2014

Le temps d’une exposition, « Il était une fois l’Orient Express », l’Institut du monde arabe (IMA) et SNCF invitent à revivre la fabuleuse épopée de l’Orient Express.


Voiture Salon Pullman Flèche d’Or n° 4159
Voiture Salon Pullman Flèche d’Or n° 4159
Il y a ces voitures historiques décorées par les plus grands maîtres des Années Folles parmi lesquels René Prou ou le cristallier René Lalique, mais aussi les récits qu’en ont donné Agatha Christie ou Ian Flemming. Il incarne la magie de l’art du voyage à la française, avec ses hôtes les plus prestigieux, parmi lesquels Marlene Dietrich, Lawrence d’Arabie ou Mata Hari.

L’Orient Express est fastueusement décoré, et les voyageurs y étaient choyés comme des vedettes ou des princes. Avec son caractère théâtral, ce train exerce depuis sa création une séduction universelle. Les visiteurs y admirent les paysages ou les décors depuis leur fauteuil, comme au spectacle.

A l’origine de ce projet fou, né à la fin du XIXe siècle, il y a un personnage hors normes, l’homme d’affaires belge Georges Nagelmackers. C’est lui qui a rêvé puis imaginé un train de luxe, palace sur boggies, traversant les frontières et les continents avec ses sleeping cars et son wagon-restaurant.

L’Orient Express, c’est une révolution qui fait rouler un même train à travers plusieurs pays. Seuls changent les locomotives, les mécaniciens et les chauffeurs. « Le Bosphore est devenu une banlieue de la Seine », écrit Edmond About dans Le Figaro, à son retour du voyage inaugural en 1883. Avec l’avènement de l’Orient Express, s’écrit une nouvelle page de l’histoire ferroviaire et du tourisme.

Ce train de luxe est un chef d’oeuvre : plafonds en cuir repoussé de Cordoue, bas-reliefs en cristal Lalique, tapisseries des Gobelins, rideaux en velours de Gênes, argenterie, nappes précieuses et verres fins en cristal. A la table du wagon-restaurant, la cuisine qui reflète chaque pays traversé est digne des plus grands restaurants parisiens. Dans les wagons aux compartiments spacieux
et confortables, les draps des lits sont changés tous les jours.

Après son lancement, l’Orient Express va vivre au rythme de la géographie et de la géopolitique européennes, du fracas des conflits et des empires qui s’effondrent, de l’évolution des frontières et des rapports entre les pays qu’il traverse. Sa légende s’établit avec pour toile de fond l’Histoire avec un grand H. L’exposition « Il était une fois l’Orient Express » rappelle que ce train a été à sa manière le révélateur des relations entre l’Orient et l’Occident.

Témoin de la modernisation du Moyen-Orient et de l’avènement du chemin de fer face à la domination des liaisons maritimes, il est aussi le symbole d’une Europe qui s’est faite avant l’heure. Pendant trois quarts de siècle, entre 1883 et 1956, l’Orient Express enchante l’histoire et parfois la fait. Il fut en effet le théâtre d’événements politiques majeurs : ses couloirs feutrés comme la salle du wagon restaurant ont été parmi les champs d’action de la diplomatie européenne.

Pratique

INSTITUT DU MONDE ARABE
1, rue des Fossés-St-Bernard
75005 Paris
Du mardi au jeudi de 9 h 30 à 19 h 00
Nocturne vendredi jusqu’à 21 h 30
Week-ends et jours fériés de 9 h 30 à 20 h 00
Fermé le lundi
Informations : 01 40 51 38 38


Pierre Aimar
Mercredi 19 Mars 2014
Lu 110 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter