Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Il est midi à l’heure de maintenant. Collection Philippe Delaunay, Galerie Françoise Besson, Lyon, du 19 avril au 2 juin 2013

Françoise Besson est heureuse d’inviter le collectionneur Philippe Delaunay à présenter pour la première fois au public une partie de sa collection personnelle du 19 avril au 2 juin 2013, un parcours atypique dans l’histoire de l’art moderne et contemporain. A cette occasion, un catalogue, édité par la galerie, sera disponible sur place ou par courrier sur demande.


KIM Sun-Mi Sésame ouvre-toi 2006 technique mixte environ 31 x 85,5 x 14 cm
KIM Sun-Mi Sésame ouvre-toi 2006 technique mixte environ 31 x 85,5 x 14 cm
Cette exposition sera ensuite présentée à Paris dans la galerie Next Level, du 4 au 27 juillet 2013. C’est volontairement que l’accrochage ne tiendra pas compte de l’histoire de l’art, laissant ainsi les œuvres vivre pleinement leur propre vérité, l’objectif étant également de faire côtoyer certaines œuvres de la collection avec celles de jeunes artistes du groupe E42. Quatre regards seront ainsi présentés : regard sur le trait, sur la surface, sur le corps et sur la chose « sublimée ».

Dessine-moi un homme
Dentiste de profession, Philippe Delaunay vient à la collection par hasard : un de ses patients, un artiste désargenté, lui règle un jour ses honoraires au moyen d’une œuvre d’art. D’autres artistes suivront, des habitués de son cabinet utilisant le même mode de paiement, jusqu’à complète conversion à la création plastique de son temps. Le docteur Delaunay, choisit ses pièces, à un rythme élevé. Cobra, la Deuxième école de Paris, Support-Surface, nombres d’abstraits devenus par la suite célèbres ou non... Sa collection, jamais éparpillée, prend place dans son cabinet et à son domicile. Elle gonfle, aussi, au point de ne plus pouvoir loger en tout sur les murs ou dans les multiples espaces dévolus à sa conservation : les placards du lieu deviennent les réserves du collectionneur tandis que l’espace voit renouvelés les accrochages au rythme des acquisitions. Le collectionneur, en 1983, crée l’association À vol d’oiseau du cercle, dans un but précis : faire connaître à ses patients et, à ses amis, sa collection. Dit autrement, susciter pour celle-ci une curiosité éclairée et, par rebond, déclencher autour de lui l’incitation à collectionner à leur tour. Effet démultiplicateur…/…

Juste des moments privilégiés de rencontre avec les créateurs de formes, qui ont donné à sa vie et à son lieu de vie la forme d’un musée vécu. L’art, alors, sert de transmetteur, il vient, le temps de cette réunion privée, relier les individus comme le ferait un fluide sympathique. L’esprit de la collection devient celui, d’une inestimable valeur humaine, de la philia, de l’amitié superlative…/…
(Extrait du texte de Paul Ardenne «La collection comme activisme » 2013)

Vivre Avec
«…/… Montrer autour de moi, partager et faire participer à ce plaisir. Je reste néanmoins toujours dans l’attente de la nouvelle œuvre à venir. Le collectionneur est un découvreur, initiateur de vérité ; il choisit sans références, avec sa seule sensibilité. Il canalise ainsi un sens et surtout une qualité de regard. Malgré le doute qui parfois le saisit, il sait qu’il est dans une force de vie et que la réalité est une image instable qui ne décourage pas le semeur. J’ai conscience que le tableau nous regarde ; au début il peut être une charge explosive, porteur d’angoisse et d’agressivité ; puis devient familier dans un second temps ; c’est dans le premier temps que je me complais à vivre. Je recherche ce moment de perplexité : l’œuvre est un événement…/… On doit tout réinventer par le regard et la pensée ; la création est une trace dans l’humanité et fait de l’inconnu obscur, une puissance qui conduit à la connaissance. Cette « étrangeté de l’art » me donne goût à puiser dans sa force et il faut y plonger pour trouver l’ivresse.
Aujourd’hui la création oblige à vivre avec son temps.../…
(Philippe Delaunay, janvier 2013)


Pierre Aimar
Vendredi 15 Février 2013
Lu 617 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter