Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Hôtel Folia de Michèle Noiret par Ballet National de Marseille à l'Opéra de Marseille, les 6-7 Mai 2011, par Philippe Oualid

Le BNM présente, pendant la première quinzaine de Mai, à quelques jours d'intervalle, dans les deux grands théâtres de Marseille, l'Opéra et la Criée, deux créations chorégraphiques, Hôtel Folia, de l'artiste bruxelloise Michèle Noiret, et Mayday, Mayday, this is, du danseur japonais Yasuyuki Endo.


Soirée du 6 Mai : Hôtel Folia

Hôtel Folia nous plonge pendant 45 minutes dans l'atmosphère d'un vieil hôtel de passe élu par une dizaine de jeunes gens pour y réaliser une sorte de "rave party" avec échange de partenaires, désignation haineuse de boucs émissaires, scènes mimées de persécution et de psychodrame, entrecoupées de circulation désordonnée ou de triviales poursuites dans les couloirs. Il se dégage de l'ensemble de ce travail, une pénible atmosphère de cauchemar, une vision d'ennui désespéré, accentuées par l'étonnante scénographie d'Alain Lagarde, les images vidéo d'Aliocha van der Avoort, et les éclairages contrastés de Xavier Lauwers.
Participant des techniques interactives du son et de l'image, le spectacle fait ainsi coïncider des séquences qui se déroulent sur un écran et des scènes qui se prolongent sur l'espace réel du plateau par un raccord sur une porte qui laisse passer une jeune femme sortie du film, ou quelques danseurs devant de grands panneaux tapissés, reflétés par des miroirs qui les multiplient avec la projection de leurs ombres.
Dans l'ensemble, le simple fait de marcher, de courir ou de rester immobile ou assis sur une chaise, dans des bruitages, l'emporte sur des passages de break ou de post-modern dance provoqués par des pièces de Scarlatti ou de Vivaldi dont la motivation demeure incompréhensible, à moins que la chorégraphe considère que ce type de danse ne puisse pénétrer que par effraction dans son spectacle.
Les danseurs du BNM qui interprètent avec indifférence ces rôles d'aliénés ou de névrosés au comportement imprévisible dans une improbable maison de rendez-vous, ont reçu un accueil mitigé de la part du public de l'Opéra de Marseille.
Prochain spectacle, le 11 Mai.
Philippe Oualid


Pierre Aimar
Dimanche 8 Mai 2011
Lu 671 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 18










Inscription à la newsletter