Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Guadeloupe, Marie-Galante : Marie-Galante, l'île aux âmes fraîches

Marie-Galante est à quelques milles de la Guadeloupe, une des premières îles dans la mer des Caraïbes.
A l'écart des flux touristiques, l'île n'a pas "profité" de la fameuse expansion économique après laquelle tous les décideurs courent. Au risque d'y perdre leur âme.
Marie-Galante conserve une âme fraîche.


Vite, prenez le temps de vivre !

Marie-Galante plage de la Feuillère
Marie-Galante plage de la Feuillère
Un bateau relie Marie-Galante à Pointe-à-Pitre ou Saint-François chaque jour. L'arrivée à Saint-Louis surprendra le voyageur par la rusticité de l'installation portuaire. Une simple jetée s'avance dans une mer souvent agitée et l'hydro-jet accoste tant bien que mal pour délivrer les deux ou trois centaines de visiteurs venus passer la journée.
Comme dans un port grec, les galantais attendent le futur client : location de voitures, de vélos, de vespas, de gîtes, sont proposés dans une ambiance bon enfant qui contraste avec l'indifférence commune de la Guadeloupe.

Tout est proche à Marie-Galante. Et tout le monde se connaît. Tout est au bout de la rue ou de la route. Ou de la plage. Ce qui présente de notables avantages.
Ainsi, il y aura toujours quelqu'un pour vous dépanner et qui connaît un cousin, un parent, un ami qui loue la voiture ou la chambre d'hôte qui vous manque pour compléter votre bonheur.

Petit café - excellent - à déguster à la terrasse du café-épicerie pendant que le gros de la troupe du jour s'enfourne dans les quelques cars climatisés qui leur feront faire le tour de l'île. Une autre partie du contingent prend place dans des mini bus, moins nombreux sont ceux qui louent des voitures (compter autour de 30 euros la journée), d'autres enfin enfourchent vélos et vespas pour découvrir in vivo Marie-Galante.

Caraïbes, farniente et rhum

Marie-Galante Henri et le rhum
Marie-Galante Henri et le rhum
Caraïbes, ce mot évoque immanquablement les atolls paradisiaques entourés d'un lagon vers lequel se penchent les cocotiers. Marie-Galante, dans son ensemble, ne répond pas à cette définition. La culture de la canne à sucre et l'agriculture en général ont largement modifié cette "terre largement couverte de forêt épaisse" comme la décrivait Christophe Colomb en la découvrant et en lui donnant le nom de sa caravelle. Le paysage est essentiellement agricole et, bien sûr, largement dévolu à la canne à sucre. Le rhum est le meilleur que l'on puisse trouver. Certes, il accuse des degrés élevés mais possède une richesse en sucre et des arômes exceptionnels. On aura grand plaisir à le déguster Chez Henri, à Saint-Louis Marie-Galante : le maître de céans a la coquetterie d'apporter la bouteille en salle. Mais quelle bouteille ! C'est un énorme bloc de glace de plusieurs kilos qui emprisonne la bouteille. Inutile de préciser que le rhum est d'une fraîcheur inégalée et qu'il se boit comme du lait de noix de coco. A consommer avec modération ... au-delà de quelques verres.

La canne à sucre est partout présente

Marie-Galante Moulin canne à sucre
Marie-Galante Moulin canne à sucre
Les vieux moulins ponctuent la campagne et certains sont dans un bel état de conservation. Et la canne à sucre est le fil conducteur de la découverte. On visitera avec émotion le château Murat, construit en 1815, au sommet d'une colline douce par un Murat qui n'a rien à voir avec le général d'Empire. Emotion, car le domaine fut construit en pleine période esclavagiste et qu'il ne faut pas trop s'emballer sur le côté Autant en emporte le vent et la douceur de vivre sous les tropiques qui étaient avant tout sous le joug des colonisateurs escalavagistes.
On rencontrera, pendant la récolte de canne, des charriots lourdement chargés tirés par des zébus se dirigeant vers la distillerie. On peut visiter facilement ces établissements et on est surpris par la douceur sucrée de l'air.

Si l'on préfère la plage, il y a l'embarras du choix . Surtout, que ce soient les plages du nord ou du sud, il y a rarement foule. Elles sont même souvent désertes. Quelles sont les plus belles ? Nous inclinerons pour la plage de la Feuillère (sud-est de l'île) à l'entrée de Capesterre, le troisième village de Marie-Galante.

Le temps s'est arrêté à Capesterre de Marie-Galante

Capesterre de Marie-Galante
Capesterre de Marie-Galante
Capesterre somnole sous la chaleur de midi. La grande épicerie de la place de la mairie sert les derniers clients avant de fermer ses portes pour l'après-midi.
Sous le soleil qui tombe à l'applomb, les rues désertes prennent une nouvelle dimension. On découvre la pharmacie, toute en bois, au charme désuet. Puis plus loin, de vieilles maisons, des cases comme on les appelle ici, qui ne seront plus debout d'ici à quelques mois. Normes de sécurité obligent, les îliens ne sont plus autorisés à construire traditionnellement. Adieu les belles façades de bois : le béton, plus solide, est élevé face aux cyclones et l'âme des Antilles se meurt.

La plupart des visiteurs viennent pour la journée et repartent sur le coup des 16 heures. Bien sûr, ils se son gavés de paysages ou de bonnes baignades (température de l'eau : 26 à 28 degrés au minimum toute l'année). Il sera plus judicieux de prévoir de dormir quelques nuits sur l'île et de goutter au rythme lent de la vie. Les sportifs ont de quoi épancher leur soif d'activité. La plongée sous-marine est naturellement éblouissante de découvertes. La pêche pour les autres se pratique selon tous ses modes, sans restriction.

Enfin, ne partez pas de Marie-Galante sans être monté au point de vue au-dessus de Saint-Louis à l'heure du coucher du soleil sur l'île voisine de la Dominique.
Les nostalgiques devront aussi se rendre à l'église de ce même village et découvrir une belle scène sculptée dans le bois : Joseph, Marie et l'Enfant Jésus. C'est peut-être là que les souhaits les plus chers se réalisent. Pierre Aimar

Abonnez-vous à Sortir ici et ailleurs


pierre aimar
Mercredi 30 Janvier 2008
Lu 3624 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 12










Inscription à la newsletter