Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Grotte ornée de Pont d’Arc. Toute la préhistoire ou presque depuis -350 000 ans, par Jacqueline Aimar

Autre hommage rendu à l’Ardèche, cette inscription de la Grotte dite Chauvet au patrimoine mondial de l’Unesco, devenu en quelques décennies une incontournable référence pour une idée de culture devenue mondiale.



Grotte Chauvet ou Grotte Chauvet-Pont d’Arc ou Grotte de la Combe d’Arc

L’endroit au bord de la route et au bord de l’Ardèche est appelé Grotte Chauvet ou Grotte Chauvet-Pont d’Arc ou Grotte de la Combe d’Arc ; ce qui laisse pressentir rivalité et conflits financiers.
Peu importe, découverte en 1994, la voilà donc inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco.
Une consécration pour les trois découvreurs de l’endroit, Jean-Marie Chauvet, Eliette Brunel et Christian Hilaire et pour tous ceux qui depuis des années maintenant ont tout fait pour aboutir à cette consécration, hommes politiques et chercheurs et pour tous ceux qui s’ingénient de la meilleure façon à en créer une reproduction des plus fidèles. Et pour le Quatuor Debussy un de ses ardents défenseurs. Entre artistes n’est-ce pas !

Cette grotte paléolithique, classée en 1995 devient propriété de l’état en février 1997.
Ses parois présentent des œuvres datant de 30.000 ans et proposent un extraordinaire bestiaire de 425 animaux, un millier de peintures et de gravures, qui, datées au carbone 14 laissent lire deux phases d’occupation des lieux : l’aurignacien de 33 à 29 000 ans et le gravettien de 27 à 24500 ans.
On y rencontre les lions et des ours, mais aussi des bisons, des chevaux dont une troupe galope à l’entrée de la grotte à la rencontre des visiteurs ? On y côtoie aussi des empreintes de pieds d’enfant et des traces de mains.

Un véritable trésor !
Cet art « ancien » surprend par sa diversité et l’évidente maîtrise des techniques employées dans cette vaste cathédrale, inviolée depuis plusieurs dizaines de millénaires et qui offre un autre trésor : sa fraîcheur intacte.

Les trésors ça se protège et ça se surveille ; d’abord gardée par des gendarmes jour et nuit, puis équipées d’alarmes et de porte ; Et maintenant équipée de dispositifs divers, alarme climatologique et biochimique par le laboratoire souterrain du CNRS de Moulis et le laboratoire de recherche et de science des monuments historiques. Contrôle permanent de température, du taux hygrométrique et bactériologique et du taux des concrétionnements.

Et avec tout cela, elle est si précieuse qu’elle ne sera jamais ouverte au public, dont la présence, le piétinement et la seule respiration sont tous des éléments destructeurs.

Jamais ouverte au public
Mais livrée sous la forme d’un espace de restitution, dans un espace qui réduit les 8 000m2 de la grotte à 3 000m2, après un admirable travail de reconstitution et de reproduction, qui a même pour propos de traduire le vertige temporel face à cette découverte grâce à des techniques innovantes et mieux encore, de traduire les émotions éprouvées face à ces chefs d’œuvre, qui offrent les premières images de l’humanité.
Rendez-vous à Vallon Pont d’Arc en avril 2015.
J.A.
Vallon en fête © Pierre Aimar
Vallon en fête © Pierre Aimar


Pierre Aimar
Samedi 6 Décembre 2014
Lu 60 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter