Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Grenoble, Magasin : ADEL ABDESSEMED, Drawing for Human Park. Jusqu'au 27 avril

Adel Abdessemed a pensé son exposition du MAGASIN comme un ensemble homogène de pièces entièrement nouvelles rassemblées sous le titre de Drawing for Human Park, qu’il développe dans la totalité des espaces d’exposition disponibles, l’espace central sous verrière, la Rue, et les galeries adjacentes. Dans ce parc humain, image symbolique d’un monde en pleine mutation, l’artiste dessine les contours de nouvelles pensées et de nouveaux concepts de circonstances à partir d’actions et de postures où, selon ses propres dires, « il saute, sursaute, bondit, rebondit, se tourne et se retourne ».


Un romantique criminel

Une image réalisée lors de la production d’une de ces nouvelles pièces, Helikoptère, illustre le carton d’invitation de l’événement : suspendu par les pieds à un hélicoptère en vol stationnaire au-dessus de plaques de bois, l’artiste expérimente l’acte du dessin au rythme et au risque des secousses de la machine, du vent et des balancements de son corps.
Les tracés qui en résultent manifestent le dessin, non pas comme représentation idéale de la réalité, mais en tant qu’expérience de perception, d’action et de création. Le corps est aussi radicalement renversé dans sa verticalité, offrant non plus une vision rétinienne exclusive et dominante, mais une vision affectée par la perception brute d’un espace en devenir, d’un chaos à prendre à bras le corps et à bout de tracé. La figure de la spirale, des cercles plus ou moins concentriques qui suivent le déplacement de son corps au bout de son filin, est celle des figures du chaos. Le cratère de la bombe ou le tourbillon centripète qui conduit au néant et, dans le cas d’un tourbillon d’eau, à la noyade et à la disparition.
Ce dessin à la pierre noire est présenté dans la Rue du MAGASIN sur plusieurs plaques de bois rassemblées en un format qui correspond à celui du Radeau de la Méduse de Géricault. Ce très célèbre tableau, fondateur du romantisme avec la Mort de Sardanapale de Delacroix, domestique l’horreur ; celle dont parle le personnage emblématique que joue Marlon Brando dans Apocalypse Now, une horreur qui a un nom et un visage et dont il faut se faire un allié pour survivre au chaos et y prospérer.
Toutefois l’artiste est bien loin d’un tel romantisme, ou, comme il le dit lui-même, il est un romantique
criminel.

Adel Abdessemed en bref

Adel Abdessemed est né à Constantine (Algérie) en 1971, il vit et travaille à Paris.
Expositions personnelles récentes : Dead or Alive, PS1 Contemporary Art Center New York, USA; The Street is my heart, Liberia
Borges Contemporary Art Institute, Canton, Chine; Practice Zero Tolerance, le Plateau, Paris et la Criée, Rennes; Conversation/
Sirha, Dvir Gallery, Tel Aviv, Israël.
Parmi ses récentes expositions collectives : Biennale de Venise; Biennale d'Istanbul; Global multitude, Luxembourg 2007.
Expostions personnelles à venir: octobre novembre 2008 - Massachusetts Institute of Technology, MIT, Boston, USA - David
Zwirner Gallery, New York, USA

du 3 février 2008 – 27 avril 2008
Centre National d'Art Contemporain de Grenoble
Site Bouchayer-Viallet, 155 cours Berriat, 38000 Grenoble

Abonnez-vous à Sortir ici et ailleurs


pierre aimar
Lundi 28 Janvier 2008
Lu 1443 fois


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 199





Inscription à la newsletter