Sortir ici et ailleurs, magazine des arts et des spectacles

Membre du Syndicat de la Presse Culturelle et Scientifique (SPCS) et de la Fédération Nationale de la Presse Spécialisée (FNPS)




Grégoire Eloy, Ressac, photographies, exposition à Regard Sud galerie, Lyon, du 12 janvier au 27 février 2016

Grégoire Eloy est né à Cannes en 1971. Après une formation en économie et finance et une carrière en entreprise, il se consacre depuis 2003 à la photographie.


Kazakhstan 2009 © Grégoire Eloy
Kazakhstan 2009 © Grégoire Eloy
Il est assistant de Stanley Greene entre 2003 et 2005.
Son premier projet photographique, issu d’un voyage sur les nouveaux contours de l’Europe réalisé au cours de l’automne 2003, est lauréat de la Bourse du Talent Reportage de Photographie.com en 2004.
Depuis 2003, il poursuit ses reportages dans les pays d’ex-Union Soviétique et d’Asie Centrale sur des thèmes liés à l’espace, la mémoire et à l’héritage soviétique, plus récemment en Géorgie et autour de la Mer d’Aral. En 2008, il publie le livre « Les Oubliés du Pipeline », aux Editions Images Plurielles, un travail sur les communautés de déplacés des conflits du Sud Caucase et de l’Est de la Turquie.
Il mène depuis 2010 des projets liés à la science ; « A Black Matter », un projet issu d’une commande par F93, est édité en 2012 par Journal. Il poursuit ensuite avec CERN en 2011, la Géologie / sismologie en 2015 et enfin la Glaciologie en 2016.

[...] La mer d’Aral, n’est plus aujourd’hui qu’un grand lac. À peu près au niveau de la frontière entre Ouzbékistan et Kazakhstan, une digue a été construite entre 2003 et 2005. La partie Kazakhe de la mer d’Aral, toujours alimentée par son °euve, le Syr-Daria, reprend vie. La pêche traditionnelle reprend. Une mer, deux mondes, que Grégoire Eloy a explorés au cours de quatre voyages, en 2008, 2009, 2012 et 2013.
L’aspect purement documentaire a été rapidement évacué au proÿt d’une approche plus personnelle. Le photographe a rapporté de ces voyages une palette d’impressions marquée par une ré°exion métaphysique sur l’absence, sur l’illusion. Que ce soit au Sud, où les villages de pêcheurs sont maintenant éloignés de plus de 200 kilomètres d’une mer qui fut leur environnement, où la ligne de côte, encore visible, dessine les contours de l’absence, où l’on marche sur le fond de la mer, faisant bruisser les coquillages séchés, où les broussailles argentées poussées ici et là créent des illusions d’optiques trompeuses et fascinantes, ou bien au Nord où malgré la vie qui reprend on ne peut jamais faire conÿance à la mer qui se dérobe, s’évapore, ou se transforme en banquise d’un mètre d’épaisseur sur laquelle les pêcheurs roulent pendant des kilomètres, l’eau n’est, jamais, ni là ni sous la forme qu’on attendait.[...] Pauline Guéna

Pratique

Regard Sud galerie
1/3, rue des Pierres Plantées
69001 Lyon
Tel&fax + 33 (0)4 78 27 44 67
du mardi au samedi de 14h à 19h et sur rendez-vous
regard.sud@orange.fr
www.regardsud.com



Pierre Aimar
Jeudi 24 Décembre 2015
Lu 147 fois


Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
1 2 3 4 5 » ... 198










Inscription à la newsletter